NETTALI.COM – Des blessures ont été constatées sur le corps d’une défunte âgée de 116 ans. La police a procédé à l’arrestation du vigile qui était de service la nuit du dimanche au lundi et le responsable de la morgue.

 Les commentaires vont bon train dans la cité religieuse, au sujet des blessures et autres actes de cruauté constatés sur certaines parties du corps de la défunte Oumy Kandji, décédée à l’âge de 116 ans. Des membres de sa famille ont été surpris de constater des blessures au niveau de certains membres inférieurs.

D’ailleurs, il y avait du sang sur les cinq doigts des deux jambes et sur le coude. Du côté des lèvres, des éraflures sont notées, informe son petit-fils. “C’est quand j’ai soulevé le pagne que j’ai vu les blessures.

J’ai demandé à mon oncle si grand-mère avait des blessures, il m’a répondu : ‘Non, mais appelle ta tante.’ Cette dernière aussi m’a dit qu’elle ne souffrait de rien.

C’est sur ces entrefaites que des laveuses m’ont révélé que des blessures de ce genre sont des pratiques courantes ici’’. Interpellé à son tour, le responsable de la morgue a soutenu : “Chaque jour, lorsque j’arrive le matin, je vérifie avec le gardien de nuit les cages des deux morgues. Ce jour-là, j’étais absent et j’ai demandé à quelqu’un de vérifier pour moi. Après vérification, il m’a dit qu’il y avait des problèmes à la cage n°4 de la morgue des femmes, qu’il y avait une blessure. Je lui ai dit que cette blessure était ancienne, parce qu’il y avait du pus. On a appelé des membres de sa famille qui nous ont dit qu’elle ne souffrait de rien et n’avait pas de blessure.’’

N’empêche qu’une plainte a été déposée à la police. Qui a procédé à l’arrestation du responsable et du gardien de la morgue de l’ancien cimetière situé à un jet de pierre de la grande mosquée de Touba.

ENQuête