NETTALI.COM – Le Collectif des médecins en spécialisation est monté au créneau pour dénoncer le non-respect des engagements pris par leur ministre de tutelle pour les protéger contre le Covid-19. Le collectif indique qu’il se battra pour l’amélioration de leurs conditions de travail.

Le Collectif des médecins en spécialisation avait, lors de sa dernière sortie, réclamé la protection du personnel sanitaire en général et de ses membres en première ligne dans les services d’accueil et d’urgences en particulier. Mais, il constate pour le regretter que cette requête n’ait pas été respecté. « Nous sommes aujourd’hui face à un constat amer car beaucoup de D.E.S ( Les médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes en spécialisation) ont été contaminés en bravant cette maladie sans la moindre protection hormis un masque chirurgical au mieux FFP2 pour 24h au vu et au su de tous. Malgré cette situation, certains de nos collègues contaminés dans trois hôpitaux de Dakar ont été contraints de travailler pour faire fonctionner leurs services en dépit du risque qu’ils font courir à leurs familles, leurs patients et leurs collègues », mentionne-t-on dans le communiqué.

« Il est aisé pour quiconque d’imaginer les conséquences d’une telle situation la première, la plus évidente est que les soignants deviennent des acteurs de la dissémination du virus et la seconde résultant de la première une baisse plus accentuée de la fréquentation des structures sanitaires et à plus long terme une élévation de la surmortalité. Pire ces derniers n’ont même pas bénéficié de la prise en charge des cas contacts édictée par les autorités (quarantaine et dépistage) », ajoute-t-on dans le document de presse.

Ainsi, face à ce qu’il considère comme un mépris un manque de considération, le COMES estime légitime de la mise à la disposition des D.E.S d’équipements de protection adéquats et en quantité suffisante. Mieux, il sollicite la mise en quarantaine de tous leurs collègues suspects ou contacts de cas covid19 ainsi que la réalisation de tests diagnostiques suivie d’une prise en charge appropriée des cas positifs. Enfin le COMES interpelle l’opinion pour dénoncer le non-respect des engagements pris par le Ministère de la santé au sortir de la réunion du 30 avril 2020 concernant les questions sus citées. « Le collectif prendra ses responsabilités afin d’assurer la protection des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes en spécialisation. Il se battra pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Le bureau », prévient le COMES.