NETTALI.COM – La guerre par médias interposés continue. Alors que Jean-Michel Aulas et d’autres présidents menacent d’avoir recours à des actions juridiques pour contrer la décision de la LFP, le patron de la FFF, Noël Le Graët ne se montre pas inquiet.

Ce jeudi 1er mai, le couperet est tombé. Après des semaines de spéculations et de flou, le conseil d’administration de la Ligue Professionnelle de Football a entériné la fin des exercices 2019 – 2020 de Ligue 1 et de Ligue 2 avec un système de quotients. Mais si certains se réjouissent comme du côté du RC Lens, d’autres ne digèrent pas cette décision et évoquent des recours juridiques. C’est notamment le cas du président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas.

Ce dernier a notamment réagi quelques heures après dans les colonnes du journal Le Progrès, expliquant que l’OL allait réclamer des dommages et intérêts pour ” pertes de chances ” avec les enjeux financiers qui vont avec. Une méthode également employée, avec moins d’éclats, par les dirigeants de Toulouse ou d’Amiens.
Mais alors que le ton monte et que les présidents déçus tentent de faire plier la Ligue, le patron de la Fédération française de football, Noël Le Graët, a à son tour pris la parole.

Je sais qu’il (Aulas, ndlr) deviendra sage assez rapidement

Lors d’un entretien donné au journal L’Equipe, ce dernier ne s’est pas dit surpris par les mesures de la LFP, prises en conformité avec celles appliquées par la FFF. Un choix qui s’imposait, selon lui, après l’annonce du Premier ministre.
Après l’allocution du Premier ministre, c’est devenu une évidence. La Ligue pro a suivi ce que l’on avait fait à la Fédération, sans trop de divergences, sauf sur le classement“.
Mais si du côté de la FFF il n’y a pas eu ” trop de heurts “, l’affaire est bien différente pour la Ligue.

Cependant, Noël Le Graët est convaincu que le président lyonnais (et les autres) rentreront vite dans le rang une fois la déception évacuée : ” laissons le temps au temps. J’aime bien les gens qui défendent leur club. Mais après, il faut rentrer dans la stratégie globale. Je sais qu’il (Aulas, ndlr) deviendra sage assez rapidement“.
Pas évident quand on sait que le dirigeant des Gones est encore intervenu au micro de France Info ce jour.
Une chose est sûre, l’histoire n’en est pas à son dernier soubresaut.

Footmercato