NETTALI.COM – Le Fonds monétaire international prévoit un effondrement historique de l’économie mondiale en 2020 à -3%. L’économie européenne serait frappée de plein fouet par la récession (-7,5%). De leur côté, les Etats-Unis devraient également connaître une chute violente de leur PIB (-5,9%).

La propagation du coronavirus sur tous les continents fait trembler toute l’économie mondiale. Selon les dernières perspectives du Fonds monétaire international (FMI) publiées ce mardi 14 avril, la croissance du PIB global pourrait reculer de 3% en 2020 après avoir augmenté de 2,9% en 2019. Pour 2021, les économistes basés à Washington anticipent un rebond de l’économie planétaire à 5,8%. Pour la cheffe économiste du FMI, Gita Gopinath, il s’agit de “la plus grande récession depuis 1929”. Dans une note mise à disposition des journalistes, elle explique que “le monde a changé dramatiquement durant ces trois derniers mois, depuis notre dernière mise à jour des perspectives économiques mondiales publiées en janvier. Un désastre rare, la pandémie du coronavirus, a abouti à la perte tragique d’un grand nombre de vies humaines. Alors que des pays ont pris des mesures de quarantaine et de distanciation sociale pour freiner la pandémie, le monde est entré dans le grand confinement. L’ampleur et la rapidité de l’effondrement de l’activité qui a suivi sont différents de tout ce que nous avons vécus dans notre vie”.

Pour faire face à cette crise historique majeure, les pays du G7 et du G20 ont prévu de se réunir dans les prochains jours pour tenter d’apporter une riposte adaptée. En amont, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a tiré la sonnette d’alarme lors d’un point presse ce mardi 14 avril. “Dans cette crise économique, je ne trouve pas de comparaison dans l’histoire récente. C’est une crise systémique, elle est immédiate et touche tous les pays de la planète. Il est nécessaire de trouver des réponses coordonnées. La réponse européenne doit être complétée. Le plan de relance est le plus important à nos yeux”.

 

L’Europe en première ligne

La diffusion du virus sur l’ensemble du Vieux continent a provoqué une chute brutale et violente de l’économie. Pour l’Europe, le FMI dresse un tableau très angoissant des perspectives économiques avec un recul du PIB de 7,5% en 2020 contre une hausse de 1,1% en 2019 et 4,7% en 2021. Parmi les pays de la zone euro, l’Italie devrait souffrir le plus avec une chute de la croissance estimée à 9,1% en 2020 et un rebond à 4,8% en 2021. La péninsule est l’un des premiers pays avoir été frappé par cette maladie infectieuse en zone euro. Le poumon économique situé dans le nord du pays a été particulièrement touché par la paralysie de l’activité et le nombre record de victimes en Europe. L’Italie, déjà engluée dans une croissance atone et une productivité médiocre depuis des années, devrait connaître de sérieuses difficultés pour faire repartir son économie très dépendante des exportations alors que le commerce mondial est à l’agonie.

Les projections pour l’Espagne sont également très sombres. Les statisticiens du FMI anticipent un recul du PIB de 8% en 2020 avant une reprise de 4,3% en 2021. Le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez a annoncé un déconfinement progressif dans les jours à venir et un redémarrage de certaines activités comme les petits commerces et certains services alors que le nombre de victimes se stabilise depuis plusieurs jours.

En France, l’économie devrait également connaître une véritable débâcle cette année. Le FMI anticipe une chute vertigineuse de 7,2% en 2020 avant un rebond de 4,5% pour 2021. Ce scénario noir rejoint la plupart des travaux des économistes français qui prévoient également un effondrement historique de l’économie tricolore pour cette année. La mise en oeuvre d’un mois de confinement entraîne des pertes faramineuses pour le produit intérieur brut estimé à environ 60 milliards d’euros et un recul de l’activité de 30%. Le scénario d’une reprise en V avec une accélération vigoureuse de l’activité dans les mois à venir paraît de moins en moins crédible pour un grand nombre d’économistes. Le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai et la mise à l’arrêt prolongée de pans entiers de l’économie laissent entrevoir un redémarrage progressif de l’activité.

En Allemagne, les voyants sont également au rouge. Pour la première puissance économique de l’Union monétaire, le PIB devrait s’infléchir de 7% en 2020 avant de repartir à 5,2% en 2021. Si la maîtrise de la propagation du virus sur le territoire est jugée meilleure par beaucoup d’observateurs au regard d’autres pays européens, les moteurs de l’économie allemande étaient loin de tourner à plein régime avant la crise. En effet, l’appareil productif a enregistré un net ralentissement ces dernières années avec le coup de frein des échanges extérieurs et de l’économie chinoise, les dérives de l’industrie automobile à l’égard des normes environnementales.

Un plan de relance à financer en zone euro

Après des annonces en ordre dispersé et de de multiples divisions, les ministres des finances de l’Eurogroupe ont annoncé un plan de sauvetage la semaine dernière pour venir soutenir l’économie de la zone euro. Il demeure que ces mesures pourraient avoir des effets limités au regard de l’ampleur de la crise. La mise en oeuvre du mécanisme européen (MES) de stabilité a été saluée par beaucoup d’Etat mais beaucoup de dépenses restent conditionnées, hormis celles pour la santé.

Sur ce point, le gouvernement Italien de Giuseppe Conte a fait part de ses déceptions. Face au cataclysme économique, les annonces de la semaine dernière pourraient s’avérer bien insuffisantes pour faire repartir l’économie. De nombreux économistes ont rappelé les effets délétères des mesures d’austérité appliquées en zone euro au moment de la crise des dettes souveraines en 2012. En outre, le mandat de la banque centrale européenne n’est pas de relancer l’économie même si elle a amplement a assouplit les conditions de financement de l’économie. Bruno Le Maire plaide pour la mise en oeuvre d’un plan de relance.

“L’Europe a été à la hauteur avec la BCE et le plan de soutien de la semaine dernière. Il reste un point de départ. L’instrument décisif sera le plan de relance pour rester dans la course face aux Etats-Unis et la Chine. Il reste des incertitudes sur le financement. Nous proposons une mutualisation pour les dettes qui devront financer des investissements futurs dans un temps limité et pas les dettes du passé. Cette mutualisation nous permet de limiter le taux d’intérêt pour lever de l’argent. Le risque d’un redémarrage décalé pourrait provoquer l’éclatement de la zone euro. La zone euro ne survivra pas à l’aggravation des fractures économiques”.

Le Royaume-Uni dans le rouge

L’économie du Royaume-Uni traverse une grave crise. Les données du fonds monétaire international montrent que le PIB devrait s’infléchir de 6,5% en 2020 et accélérer à 4% en 2021. Le gouvernement de Boris Jonhson a déjà annoncé un plan de relance massif et la banque d’Angleterre a assuré qu’elle allait appuyer le pouvoir exécutif dans certaines dépenses budgétaires. Le Brexit et la poursuite des négociations avec la Commission européenne dans les mois à venir pourraient encore venir assombrir les perspectives du royaume outre-manche déjà isolé en Europe.

Une récession historique aux Etats-Unis

L’économie américaine est dans la tourmente. Selon le tableau du fonds monétaire, la croissance du PIB devrait plonger à 5,9% en 2020 avant d’accélérer à 4,7% l’année prochaine. Les inscriptions au chômage ont enregistré des hausses spectaculaires ces dernières semaines et les économistes redoutent un chômage de masse dans un pays extrêmement inégalitaire. Bien que Donald Trump a annoncé un plan de relance massif et que la Réserve fédérale a prévu des mesures de soutien historiques, de nombreuses entreprises outre-Atlantique pourraient faire faillite laissant au chômage pour un long moment des millions de travailleurs. Les craintes d’un chômage de masse se multiplient aux Etats-Unis où les files d’attente de demandeurs d’emploi ne cessent de s’allonger. L’administration américaine a élargi les filets de sécurité en mettant en oeuvre un forfait de 600 euros par semaine pour les demandeurs d’emploi mais de nombreux travailleurs précaires et indépendants pourraient passer à travers les mailles de ce dispositif.

La récession dans les pays émergents, une bombe à retardement

La situation dans les économies émergentes est explosive. Les économistes du FMI prévoient un recul moindre du PIB en 2020 (-1%) que dans les pays développés. Il reste que le poids de certains pays comme la Chine et de ses voisins dans l’économie mondiale reste colossal. Concernant le géant asiatique, les conjoncturistes de l’organisation internationale basée dans la capitale américaine anticipent un très fort ralentissement de l’activité passant de 6,1% en 2019 à 1,2% en 2020. La reprise de l’économie chinoise devrait être importante pour 2021 (9,2%).

L’Inde devrait également enregistrer un fort coup de frein de l’activité passant de 4,2% en 2019 à 1,9% en 2020 et 7,4% en 2021. Dans leur sillage, les pays asiatiques devraient fortement pâtir de l’effondrement des deux colosses économiques dominant la région.

En Afrique et au Moyen-Orient, les craintes sont également multiples. La chute des prix du pétrole a entraîné des pertes abyssales pour certains pays très exposés aux cours de l’or noir. En outre, les capacités des systèmes de santé pour affronter cette pandémie mondiale font craindre le pire dans de nombreux pays africains. A cela s’ajoutent les risques pesant sur les récoltes et la possibilité de pénurie. Sur tous ces points, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a tiré la sonnette d’alarme.

“La situation des pays en développement est très inquiétante. Ils peuvent se retrouver dans une situation inextricable dans les semaines à suivre. D’abord, ils vont être soumis à une urgence sanitaire (la Mauritanie n’a que trois aspirateurs), à l’urgence économique, effondrement du prix des matières premières, (impact sur les recettes budgétaires de certains Etats comme le Congo ou le Gabon), Nous observons aussi le risque de pénurie alimentaire qui pourrait aboutir à une catastrophe humanitaire.”

Avec La Tribune