NETTALI. COM- Un malade, résidant à Touba, a rendu l’âme pour défaut d’autorisation d’aller se soigner à Dakar. La famille du défunt est en colère contre les autorités administratives locales. Le gouverneur accuse celle-ci de n’avoir pas fourni les pièces justificatives pour obtenir un quitus de sortie.

Plusieurs mesures ont été prises, au Sénégal, pour éviter la propagation de la maladie Covid-19. Parmi celles-ci, il y avait l’interdiction de voyager d’une région à une autre, sauf en cas d’obtention d’une autorisation de sortie. Mais, la procuration de cette autorisation est devenue un casse-tête pour certains citoyens. C’est le cas de ce malade résidant à Touba.

Devant se faire soigner à Dakar, ce dernier, pour défaut d’obtenir l’autorisation de circuler, est passé de vie à trépas. C’est la RFM qui a donné la triste nouvelle,dans son édition du midi de ce samedi.

Les proches du défunt sont dans tous leurs états. Ils dénoncent cette situation qu’ils qualifient d’inacceptable. A les en croire, ils ont fait toutes les démarches administratives pour l’obtention ce ticket de voyage, en vain.

Fallou Seck est leur porte-parole. La colère se sent dans ses paroles malgré la consternation qui l’assaille. « Le défunt s’était rendu à Dakar pour ses soins médicaux mais, puisqu’il avait en rendez-vous assez lointain, il a décidé de revenir à Touba. Entre temps, il y a eu l’état d’urgence et l’interdiction de voyager », explique-t-il au bout du fil.

Donnant plus de détails sur cette affaire, il poursuit : « à l’approche du rendez-vous, nous nous sommes rendus à la sous-préfecture pour obtenir une autorisation de sortie mais, il s’est posé là-bas un problème d’interlocuteur. Nous nous sommes heurtés à des Agents de sécurité de proximité (Asp) qui ne nous donnaient même pas le temps de leur expliquer la situation, malgré le fait que nous avions tous les papiers avec nous ».

Où était le sous-préfet pendant ce temps ? « Le sous-préfet restait injoignable », a rétorqué Fallou Seck qui se désole de l’injustice qui supposément  prévaut au niveau de cette préfecture. Car, étaye-t-il : « pendant qu’on refusait cette autorisation, on voyait certains l’obtenir facilement sans être, comme nous, dans une situation d’urgence. Nous dénonçons cela ».

Le gouverneur de Diourbel a été interrogé sur cette affaire. Mais, Gorgui Mbaye semble renvoyer la balle aux familles qui n’auraient pas fourni des pièces justificatives. D’emblée, il a rappelé qu’il faut bénéficier d’une autorisation de sortie si c’est pour un rendez-vous médical. Mais, rappelle-t-il avec précision « le rendez-vous médical se prouve avec un papier ».

Car, ajoute-t-il pour être clair : « On ne peut pas, sur la base d’une simple déclaration verbale, vous donnez une autorisation ». En d’autres termes, il laisse entendre qu’il faut un papier du médecin attestant que vous avez un rendez-vous. « Ainsi, l’autorité n’a aucune raison de ne pas vous donner une autorisation », a précisé le Gouverneur.

En rappel, deux personnes sont décédées ces derniers jours entre Touba et Mbacké pour avoir raté leur rendez-vous avec leur médecin traitant.