NETTALI.COM  – En nommant l’ancien commissaire de la police centrale au poste de Directeur de l’Inspection des services de sécurité au ministère de l’Intérieur, Macky Sall vient de créer une nouvelle polémique. Des voix s’élèvent contre cette nomination. Moustapha Diakhaté parle de provocation.

C’est le communiqué du Conseil des ministres de ce mercredi qui donne la nouvelle. Commissaire Arona Sy, ancien patron du commissariat central de Dakar, est nommé au poste de Directeur de l’Inspection des services de sécurité au ministère l’Intérieur. Un come-back qui va rappeler de bien mauvais souvenirs aux Sénégalais qui s’étaient battus pour barrer la route au régime de Me Abdoulaye Wade. Arona Sy était en effet au cœur du dispositif de répression des manifestations contre la troisième candidature de Wade. Pour certains, le Président Macky Sall a profité de l’épidémie de coronavirus pour le nommer sans attirer l’attention. Mais la pilule passe mal.

Premier à monter au créneau, Moustapha Diakhaté. L’ancien président du groupe parlementaire de la majorité soutient qu’avec “la réhabilitation du commissaire Arona Sy, Macky Sall provoque Apr, Benno Bokk Yakaar et le M23”.  “Macky Sall réhabilite le commissaire Arona Sy, symbole de la répression contre le M23 et de la lutte contre le 3e mandat, au poste de Directeur de l’Inspection des services de sécurité au ministère de l’Intérieur”, écrit Moustapha Diakhaté sur sa page Facebook. Et de poursuivre : “Mamadou Diop et les autres victimes de la violence policière de 2011 doivent retourner dans leur tombe.” Avant d’interpeller “les acteurs de la deuxième alternance”. “Le décret de cette nomination doit être rapporté sans délai”, conclut-il.

Pour rappel, alors patron du commissariat central, Arona Sy était au coeur de la répression des manifestations de 2011 contre la candidature de Wade à la présidentielle de 2012. Des violences qui avaient fait plusieurs morts. Après ces élections, Arona Sy avait déposé sa candidature pour un poste aux Nations unies. Mais la société civile d’alors avait écrit au secrétaire général de l’Onu pour opposer son “véto”. Depuis, Arona Sy avait disparu de la circulation jusqu’à cette nomination par Macky Sall.