NETTALI. COM- Le Coronavirus suscite la psychose à Kolda et à Tamba après le décès d’un Français et la mise en quarantaine d’un autre.

A Kolda, c’est un touriste français qui est mis en quarantaine dans sa chambre d’hôtel, depuis hier mardi. Le système d’alerte a été avisé après que l’homme, arrivé au Sénégal le 3 mars dernier, a présenté des signes qui font penser au Coronavirus.

Après un entretien avec le malade, les techniciens de la santé ont pris la décision de faire des prélèvements.
“C’est un cas suspect, même si certains éléments cliniques ne sont pas présents. Mais, dans ces situations d’épidémie, mieux vaut pécher par excès que par défaut. Donc, nous avons voulu, par prudence, le mettre en quarantaine dans sa chambre et l’équipe d’investigation est venue et nous avons procédé aux prélèvements, conformément aux normes et procédures en vigueur. D’ailleurs, le prélèvement a été conditionné et acheminé dans la même journée par ambulance, du district sanitaire de Kolda au niveau de l’Institut Pasteur de Dakar’’, a informé Dr Yaya Baldé, médecin-chef de région de Kolda.

Et d’ajouter : “Nous avons également vérifié tous les contacts qui étaient avec lui, investigation, température et goutte. Mais il n’y a pas de signes inquiétants. Parce que cette personne suspecte est allée à la chasse ce matin. Donc, il n’y a pas de signes inquiétants, pas de fièvre. Mais vu que cet individu vient d’un pays aujourd’hui en épidémie et qu’il y a eu ces éléments cliniques en faveur du coronavirus, la décision a été prise de investiguer et de se donner le temps de savoir ce qu’il en est exactement.’’

A Tambacounda,  la mort d’un Français de 70 ans  fait douter de la présence de la maladie dans cette région.

Cependant, le ministre de la Santé qui recommande la prudence en attendant les résultats du prélèvement aujourd’hui. .“Il y a eu effectivement un homme de race blanche qui est décédé à Tambacounda. Par prudence, parce que nous travaillons toujours sur l’hypothèse pessimiste, parce que quand on gère une épidémie, la philosophie qu’on doit savoir est qu’il faut être pessimiste, on s’est dit: prélevons, vérifions, avant de donner l’information. Les prélèvements sont faits, les résultats sont attendus demain (aujourd’hui)’’, a informé Abdoulaye Diouf Sarr lors d’une rencontre avec les patrons de presse.