NETTALI. COM- L’université risque de connaître des perturbations. Les  négociations entre le  Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur ( Saes) et le Gouvernement ont connu un échec.

Le bras de fer entre le Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur ( Saes) et le Gouvernement du Sénégal est loin de connaitre son épilogue. Les négociations entamées par les deux parties pour trouver un dénouement à la crise de l’enseignement supérieur sont tombées à l’eau pour ne pas qu’elles ont connu un échec. Elles n’arrivent toujours pas à accorder leurs violons. C’est du moins ce qui est ressorti de la conférence de presse du Saes, ce jeudi 5 mars 2020, suite à leur rencontre avec le Gouvernement.

Les négociations portaient sur la signature et l’application des textes de gouvernance des universités publiques, la mise en œuvre des préalables nécessaires à la prise en charge des bacheliers 2019, la finalisation des chantiers en cours dans les universités, la valorisation des conditions de la recherche. « Sur le premier point, le ministre de l’Enseignement supérieur a annoncé de façon désinvolte le revirement du Gouvernement sur les textes de gouvernance des universités proposés et votés par lui-même depuis 2015 », lit-on dans le document de presse du Saes.

L’organisation syndicale dénonce, sur ces entrefaites, l’attitude « irresponsable de pourrissement du gouvernement » qui, selon elle, plonge les universités une crise profonde.

La Saes dégage toute responsabilité dans les perturbations actuelles et à venir dans le secteur de l’enseignement supérieur et qui « sont consécutives à cette attitude va-t-en guerre du Gouvernement ».