NETTALI.COM – Au lendemain de la visite du secrétaire d’Etat Mike Pompeo à Dakar, le gouvernement dresse l’état des lieux, au sujet de la coopération sénégalo-américaine.

Quatre accords d’assistance d’un montant global de 465,736 millions de dollars US, soit plus de 232 milliards 868 millions de F CFA, ont été signés’’ par le Sénégal et les Etats-Unis, renseigne le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération. Amadou Hott présidait, hier, les travaux de la revue finale de la stratégie-pays (2015-2020) entre le Sénégal et l’USAID. Il considère ainsi que “par ces accords, les Etats-Unis confirment la pertinence de la vision qui sous-tend le Plan Sénégal émergent (PSE)’’ mis en place par le président de la République Macky Sall.

En effet, le pays de Donald Trump soutient beaucoup de secteurs porteurs. “Notre partenariat bilatéral concerne plus particulièrement des secteurs stratégiques dont l’éducation, la santé et la croissance économique qui recoupent les trois axes stratégiques du PSE’’, explique Amadou Hott. Il affirme que “dans le secteur de la santé qui reçoit la plus grande part du budget du programme (47 %), des progrès notables ont été relevés’’. “Cependant, avertit-il, ces résultats appréciables ne doivent pas occulter les défis auxquels le secteur de la santé reste confronté, notamment la mobilisation des ressources internes et la disponibilité des produits’’.

Au plan économique, les actions semblent plus porteuses. “Le programme Croissance économique, sa mise en œuvre basée sur l’approche innovante de chaîne de valeur inclusive, nous a valu beaucoup de satisfaction, notamment à travers le projet “Naatal Mbay”, un projet phare du portefeuille “Feed the Future”. En effet, les revenus annuels des ménages des zones d’intervention de “Naatal Mbay” ont augmenté de près de 600 000 F CFA par an’’, s’est réjoui Amadou Hott.

Et “la nouvelle stratégie d’intervention axée sur l’autonomisation du Sénégal est en parfaite cohérence avec l’esprit de notre coopération qui vise la promotion de nouveaux partenariats à travers des instruments et des approches innovantes’’, ajoute le ministre. Qui a une pensée pour le secteur privé. Il demande un renforcement du partenariat, “en vue de conforter son rôle moteur dans la croissance. Je voudrais, enfin, inviter l’USAID et l’ensemble des acteurs du programme de coopération à aider nos services à disposer régulièrement d’informations sur les flux d’aide, pour permettre d’avoir une situation exhaustive du portefeuille.