NETTALI.COM – Il a marqué son temps, Samir Amin est l’un des plus grands intellectuels du continent africain. Pour rendre hommage à cette icône, le Forum social sénégalais, une entité du forum social africain, a procédé ce jeudi, au lancement de l’université citoyenne populaire panafricaine Samir Amin.

Donner le nom d’un édifice public à un étranger n’arrive pas tous les jours et constitue un acte fort. Et le Forum social sénégalais l’a fait.
Considéré comme un des économistes africains les plus féconds durant ces 50 ans dernières années, Samir Amin est tout simplement une référence.

Samir Amin était un militant des grandes causes, mais aussi des petites causes. Un brillant professeur panafriacaniste. Je salue cette belle initiative de faire porter à cet espace d’éducation et de citoyenneté le nom d’un illustre fils d’Afrique, un intellectuel multidimensionnel, un panafricaniste. Ce tiers-mondiste mérite bien que son nom soit gravé dans des lieux publics au Sénégal“, a déclaré la présidente du CESE, Aminata Touré qui a présidé la cérémonie de lancement à l’Ucad 2.

D’origine égyptienne, Samir Amin a passé une bonne partie de sa vie au Sénégal, son pays d’accueil.

Il faut une éducation alternative qui permettra à nos étudiants de prendre en charge les préoccupations sociales de leur pays. Pour cela, il faut beaucoup parler de la citoyenneté et s’inspirer des hommes comme Samir Amin“, a fait savoir Mignane Diouf, coordonnateur du Forum Social.

L’université Samir Amin, qui n’a pas encore son site, sera un temple pour l’éducation au civisme, à la citoyenneté, au développement et à la solidarité internationale.

A rappeler que le professeur Samir Amin, ancien directeur  du Forum du Tiers Monde, est décédé le dimanche 12 août 2018 à Paris à l’âge de 87 ans.

Professeur agrégé de sciences économiques, Samir Amin, né au Caire en 1931, a bouleversé le monde de l’économie du développement avec son immense livre intitulé : ” Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Paris, Éd. de Minuit “, paru en 1973 et analysant  les modes de production tributaires, à la périphérie et le mode de production capitaliste au centre.