NETTALI.COM  – L’autopsie faite à l’hôpital Aristide Le Dantec a conclu à une mort naturelle. Mais l’enquête sur la mort de Lamine Koïta, jeune conducteur de moto “Jakarta” est loin d’être terminée. Face à la presse ce samedi, le procureur de la République de Fatick a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire.

Mort naturelle. Telle est la conclusion de l’autopsie effectuée sur le corps de Lamine Koïta, un jeune “Jakartaman” que la police de Fatick est accusée d’avoir tué. Seulement, malgré les résultats de l’autopsie, des zones d’ombre subsistent. D’où l’ouverture d’une information judiciaire annoncée par le procureur de Fatick face à la presse ce samedi.

“Pour une meilleure manifestation de la vérité, une suite judiciaire plus appropriée sera réservée à cette affaire, notamment l’ouverture d’une information judiciaire”, a révélé Abdou Aziz Danfakha, procureur de la République de Fatick.  Le magistrat ajoute que “les résultats de l’autopsie requise sur le corps de la victime ont révélé une mort naturelle à la suite d’une cardiopathie valvulaire”. Mais il souligne que “ces résultats ont révélé aussi une ischémique décompensée, une absence de signe traumatique et de traces de violence”.

A l’en croire, l’analyse des éléments de cette procédure révèle des accusations de sévices corporelles sur la victime Lamine Koïta. Et ce sont cinq éléments de police de Fatick que  des témoignages concordants pointent du doigt. Pourtant, martèle le procureur, les constatations médicales soulignent l’absence de lésion et de traces de violence. C’est en tout cas ce qu’indique le certificat de genre de mort produit.