NETTALI.COM – “Quand on dit : on va marcher à la Place de l’indépendance, ou devant le Palais de la République, c’est qu’on ne veut pas une marche pacifique’’. Ces propos sont de Macky Sall, dans un contexte de tensions croissantes autour de l’emprisonnement de Guy Marius Sagna.

Hier,  le lancement du rapport pays du MAEP, sur  l’état de la gouvernance politique, économique, ainsi que sur la démocratie et les libertés publiques a servi de tribune au chef de l’Etat pour aborder la question afférente à l’arrestation d Guy Marius Sagna. De l’avis de Macky Sall, les libertés publiques s’exercent effectivement au Sénégala. Il en veut pour preuve : “Au Sénégal, l’autorisation est la règle. L’interdiction l’exception. Mais, quand on dit : on va marcher à la Place de l’indépendance, ou devant le Palais de la République, c’est qu’on ne veut pas une marche pacifique’’. Ainsi, le président de la République souligne qu’à travers le pays, les marches sont systématiquement autorisées et encadrées. “Les policiers sont d’ailleurs là pour les encadrer. Et les sapeurs-pompiers sont, aussi, derrière pour les marcheurs fatigués. C’est pour qu’ils bénéficient d’une assistance”, dit-il, sur une note d’ironie.

Alors qu’il y a une pression populaire grandissante pour exiger la libération de Guy Marius Sagna, il précise : “Les juges ne sont soumis qu’à l’autorité de la loi et de leur conscience. Il ne saurait être question d’une quelconque ingérence. Ni de la part de l’exécutif encore moins d’autres entités’’.

Au rayon du climat qui prévaut dans le landernau, il mentionne : “On a eu, grâce au dialogue politique, quelques avancées notables… Pour la première fois, l’opposition, le pouvoir et ce qu’on appelle les non-alignés -ni opposition ni pouvoir, dit-il en éclatant de rires, tous sont tombés d’accord sur la nécessité de reporter les élections, le temps de faire un autre consensus : l’audit du fichier et du processus électoral… ’’