NEYTTALI.COM – La Cour suprême de Guinée-Bissau a exigé vendredi soir un recomptage des voix du second tour de l’élection présidentielle du 29 décembre dernier.

Cette décision survient après la publication le même jour des résultats définitifs donnant la victoire à Umaro Sissoko Embalo avec 53,55 % des suffrages contre 46,45 % pour Domingos Simoes Pereira. Les juges justifient leur décision en invoquant des violations des opérations de vote au niveau national.

À leurs yeux, la commission électorale devrait procéder à toutes les opérations de recomptage nécessaires.

La commission n’a pas encore répondu à la décision du tribunal. Cet arrêt est diversement interprété par les deux camps. Celui du vainqueur déclaré Embalo estime qu’il ne remet pas en cause sa « victoire » tandis que celui du candidat du parti historique et dominant, Domingos Simoes Pereira, affirme le contraire. Pour ce dernier c’est à la Cour de trancher la validité du scrutin du 29 décembre.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux jeudi avant la publication attendue le lendemain de la part de la commission électorale, il affirmait que le dernier mot n’appartenait pas à celle-ci et qu’il attendait que « la Cour suprême délivre la vérité démocratique, électorale ». Dans ce bras de fer, notons que l’ONU et les observateurs régionaux ont estimé…

Lire la suite sur LePoint.fr