NETTALI.COM – Le consortium Partners West Africa-Sénégal, Partners Global et la Fondation pour la sécurité du citoyen (FOSEC), en partenariat avec le Bureau international chargé de la lutte contre les stupéfiants et de l’application des lois (INL) du département d’État américain, ont organisé ce jeudi à Dakar, une rencontre de partage des résultats du projet ” Roadmaps to security in Senegal and Burkina Faso ” axé sur la sécurité routière. Occasion saisie pour mettre l’accent sur la prévention et le comportement humain.

L’insécurité routière est une urgence au Sénégal où la circulation est la première cause de décès chez les jeunes“, a déclaré l’ambassadeur des États-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi.

En effet, sur le tronçon Dakar-Tambacounda-Bamako, uniquement pour le mois d’avril 2019, quelques 455 accidents de la circulation ont été recensés soit près de 15 accidents par jour. Des chiffres qui font froid dans le dos. D’où l’intérêt d’intervenir.

Le projet Roadmpas to Security in Senegal and Burkina Faso financé par les États-Unis d’Amérique facilite la collaboration entre la société civile et les forces de l’ordre pour améliorer la sécurité routière, une source de grande préoccupation pour les populations et les autorités locales“, poursuivit l’ambassadeur des États-Unis au Sénégal.

Pour lui, ” les routes sont utilisées non seulement pour le transport régulier mais aussi pour le trafic criminel de drogues, de produits illicites et l’émigration clandestine, qui sont des facteurs majeurs d’insécurité“.

A l’en croire, c’est pour faire face à ces défis que le projet Roadmaps a investi dans des actions pérennes et l’approbation par la communauté locale des initiatives pilotes, en mettant l’accent sur la promotion de réponses intégrales et inclusives et en faisant le plaidoyer pour l’adoption dans les politiques publiques d’un concept élargi de la notion de sécurité routière.

Ainsi, ces acteurs de la sécurité routière comptent élargir ce projet dans la sois-region.

Nous mettons l’accent sur les comportements humains lors de la mise en œuvre de la phase 2, avec notamment l’intégration du Mali et du Niger. Nous mettons en place la prévention mais également nous agissons à travers des séances de sensibilisation“, a fait savoir la directrice de Partners West Africa Sénégal, Dr Adjaratou Wakha Ndiaye Aïdara.

A noter que la phase pilote s’est effectuée sur deux ans et avait permis de mobiliser 2,5 millions de dollars chez les bailleurs satisfaits de financer la prochaine étape.