NETTALI.COM – Réunis à Pau au sud-ouest de la France ce lundi 13 janvier 2020, les chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé leur désir de voir la France continuer avec son engagement dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Cette clarification du cadre politique et militaire de la présence militaire de la France au Sahel est le souhait du président français Emmanuel Macron qui a convoqué ce sommet.

Le rendez-vous a été convoqué pour tenter de remédier à un « double décrochage » selon l’expression d’un diplomate de haut rang. Celui des armées sahéliennes qui essuient presque toutes de lourdes pertes. La dernière s’est produite jeudi à Chinegodar, au Niger, où 89 soldats ont été tués près de la frontière malienne. Celui de certaines opinions publiques aussi.

Depuis des mois, un sentiment anti-français s’instille auprès des opinions publiques maliennes et burkinabées. Un état d’esprit que semblent entretenir avec ambiguïté certains dirigeants politiques… et qui irrite grandement Paris. Vendredi, un millier de Maliens ont encore manifesté à Bamako, la capitale, pour réclamer le départ des troupes étrangères, en particulier françaises.