NETTALI.COM – Le paludisme fait de gros de dégâts dans la région de Diourbel. En un semestre (janvier à juin 2019), 66 décès ont été enregistrés sur 4418 cas simples confirmés et 1108 cas graves.

La situation du paludisme est toujours alarmante dans la région de Diourbel. Une tendance confirmée par le médecin-chef du district sanitaire de Bambey, Jean Standeur Nabi Kaly.

On a juste évalué le premier semestre de 2019 pour constater que le nombre de cas est de 4418 avec 66 cas de décès, mais il faut s’attendre à des chiffres beaucoup plus élevés pour le second semestre dont les résultats seront partagés en fin janvier“, a-t-il laissé entendre ce jeudi à l’occasion d’une journée de plaidoyer sur l’adoption de comportements clés pour la prévention du paludisme tenue à Diourbel.

Pour ce semestre, Bambey, un des districts sanitaires de la région, a enregistré 36 cas de décès, alors que celui de Diourbel a eu zéro décès sur les 591 cas simples et 25 cas graves.

Le district de Mbacké a enregistré 365 cas simples, zéro cas grave et 5 décès. Celui de Touba a, quant à lui, dénombré 3427 cas simples et 1083 cas graves, avec 25 cas de décès.

A en croire le médecin-chef, les facteurs environnementaux comme “le canal où il y a de l’eau en permanence” ou encore “les bassins de rétention qui sont au niveau des domiciles”, favorisent le paludisme dans les départements de Diourbel et Mbacké.