NETTALI.COM – Birahim Seck semble récuser la structure dirigée par le général Mamadou Niang. Le coordonnateur du Forum Civil croit savoir que c’est « par abus de langage », que ce comité s’est auto-déclaré commission du dialogue politique.

“Il faut préciser que cette commission dite du dialogue politique n’est pas la commission légalement désignée par le décret instituant un Comité de pilotage du dialogue national pour abriter la Commission politique. Cette entité, qui s’autoproclame Commission du dialogue politique, est juste un prolongement du Cadre de concertation sur le processus électoral qui a été mis en place avant les élections pour discuter du fichier électoral. Par abus de langage, ce comité s’est auto-déclaré commission du dialogue politique ; mais c’est un cadre de concertation “, déclare Birahim Seck, dans les colonnes du quotidien EnQûete, ce jeudi.

“La seule Commission du dialogue politique qui existe est celle qui est prévue par le décret mettant en place le Comité de pilotage du dialogue national dirigé par Famara Ibrahima Sagna. Et jusqu’au moment où on parle, les membres de ce Comité de pilotage du dialogue national ne se sont pas encore réunis, ils ont juste été installés. Je ne vois pas en quoi les membres de cette commission devraient s’offusquer que le comité légalement constitué puisse reprendre cette prérogative. En lisant le décret portant création du Comité de pilotage du dialogue national, ils s’avaient pertinemment qu’il y avait des commissions qui étaient mises en place dont la Commission politique “, précise-t-il sa pensée.

Selon M.Seck toujours, rien n’exclut maintenant que leurs travaux soient versés dans la Commission politique légalement constituée et prévue par le Comité de pilotage. “Les rapports doivent être destinés, d’abord, au président du Comité de pilotage Famara Ibrahima Sagna, avant de les transmettre au président de la République. Le travail effectué par cette commission ne peut être lié au travail qui sera effectué par la Commission politique légalement prévue par le Comité de pilotage. Donc, eux n’ont pas à s’offusquer, parce que le dialogue politique doit être encadré dans le cadre du Comité de pilotage dirigé par le président Famara Ibrahima Sagna”, termine-t-il.