NETTALI.COM – Yaxam Mbaye n’entend pas changer d’avis. Le directeur général du quotidien national Le Soleil dément avoir présenté des excuses à Moustapha Cissé Lô contrairement à ce que soutient ce dernier. «Il a été manipulé pour s’attaquer à notre leader», laisse entendre l’ancien secrétaire d’Etat à la Communication.

C’est sûr. Yaxam Mbaye et Moustapha Cissé Lô ne passeront pas les vacances ensemble. Pourtant, sur le plateau de la 7Tv, le président du Parlement de la Cedeao a laissé entendre que les deux avaient fumé le calumet de la paix. «Yaxam m’a appelé pour me présenter ses excuses», a dit Cissé Lô. «Faux», répond le directeur général du quotidien national Le Soleil. Mieux, sur la 7Tv, Yaxam Mbaye accuse : «Lui (Moustapha Cissé Lô, ndlr), on ne rivalise pas. Cissé Lô a été manipulé et il veut juste se faire entendre.» Et ce n’est pas la première fois que l’ancien secrétaire d’Etat tient de tels propos à l’endroit de son camarade de parti. «Ces responsables de l’Apr qui critiquent, depuis quelque temps, Macky Sall et son régime, sont manipulés par un gros bonnet qui est au cœur du pouvoir et qui a son agenda caché», avait-il laissé entendre, le 12 décembre dernier, sur le plateau de la même chaine de télévision. Et beaucoup avaient pensé au ministre Amadou Ba. Certains soutiennent même que Moustapha Cissé Lô serait le propagandiste du ministre des Affaires étrangères. Vrai ou faux ? Le vice-président de l’Assemblée nationale se positionne, lui-même, comme le défenseur d’Amadou Ba. «Qui s’attaque à Amadou Ba me trouvera sur son chemin», a confié Cissé Lô à la journaliste Maïmouna Ndour Faye.

Revenant sur son différend avec Cissé Lô, Yaxam Mbaye révèle : «Il a commencé à m’appeler le 11 décembre, mais je ne lui ai répondu que le 17 décembre après que des gens sont intervenus», Et d’insister : «Je ne lui ai jamais demandé pardon». «Moustapha Cissé Lô m’a dit que des gens m’avaient monté pour que je l’attaque, mais je lui ai indiqué que tel n’était pas le cas. Notre seul différend, c’est qu’il a posé un acte politique en attaquant notre leader et je lui ai répondu par un acte politique», martèle l’ancien directeur de publication du journal Le Populaire.