NETTALI.COM – Au cours d’une intervention à la station service Edk de Sanar Peulh qui recevait la visite d’un gang d’une dizaine d’éléments, la gendarmerie de Diama a échangé des tirs avec les malfaiteurs. Retour sur cette affaire qui a coûté la vie à l’un des assaillants.

Les bandes armées ont pris l’habitude d’opérer dans le département de Saint-Louis. Plusieurs localités dont Gandiol, Mpal, la commune de Gandon, les zones de Boudiouck ont été visitées. Une pause sera par contre marquée cette semaine, à la suite de l’intervention musclée des éléments de la Brigade de gendarmerie de Diama à la station-service Edk (Etablissements Demba Kâ) de Sanar Peulh. La Station-service recevait la visite inopinée d’un redoutable gang, lourdement armé.

D’après des sources très proches de cette affaire soldée par une mort d’homme, les faits ont eu lieu dans la nuit du dimanche au lundi dernier vers trois heures du matin. A cette heure indue de la nuit, les deux vigiles des lieux, qui discutaient à tout rompre, ont eu la surprise de leur vie, lorsqu’un véhicule de type 4X4, bondé de solides gaillards, tous encagoulés, s’est garé à leurs pieds. Avant même qu’ils ne comprennent qu’ils avaient affaire à des cambrioleurs très organisés, ils seront maîtrisés par les bandits. Les malfrats ont utilisé la méthode forte pour parvenir à leurs fins. D’un effectif de 9 éléments, les membres du gang, armés jusqu’aux dents, se sont emparés de la recette du jour ainsi que quelques marchandises de la boutique, après avoir réussi à franchir sans grande difficulté, le premier obstacle des gardiens. Le butin, composé essentiellement de produits alimentaires, a été même bien chargé dans le véhicule appartenant à l’Omvs, à bord duquel ils commettaient leur forfait. Ils avaient fini ce qu’ils croyaient être le plus difficile et avaient même cru avoir réussi un bon coup. Ils étaient sur le point de battre en retraite, ayant terminé leur sale besogne.

Au moment où le chauffeur de la bande manœuvrait pour prendre la route Nationale 2, les éléments de la gendarmerie de Diama, avisés par des anonymes, ont vite rappliqué sur les lieux, les assaillants sur le point de prendre la fuite. Face à cette nouvelle donne, les malfrats improvisent et optent pour la confrontation. Très téméraires, les bandits tirent sur les hommes en bleu pour sauver leur arrière. S’en suit alors un échange de coups de feu nourris et digne d’un film d’action. Les balles fusent de partout.

Visiblement, plus expérimentés que leurs protagonistes, les gendarmes ont réussi à toucher un membre de la bande à la poitrine. Un coup fatal qui ne laisse aucune chance à Isma Sow, âgé d’une vingtaine d’années. Alors, atteint sur une partie vitale, le jeune homme s’affale avant de se vider de son sang. Ses amis qui l’ont vu tomber, ont alors sauté du véhicule pour prendre la fuite en se dispersant dans l’obscurité. Un autre membre du gang, atteint lui aussi par balle, perdra beaucoup de sang. N’empêche, il a réussira à se fondre dans la nature, de même que les sept (7) fugitifs. Un des vigiles qui s’est retrouvé avec des blessures, a été admis aux Urgences de l’hôpital de Saint-Louis.

Des pièces à conviction entre les mains des gendarmes

Après avoir abattu le jeune Isma Sow, les éléments de la Brigade de gendarmerie de Diama ont retrouvé dans ses poches, sa carte nationale d’identité (Cin). Cherchant d’autres indices pouvant leur permettre de mener à bien leur enquête, ils fouillent le véhicule que les assaillants ont abandonné sur place pendant leur retraite et y trouvèrent des cartouches de balle, des armes blanches, entre autres pièces à conviction jalousement gardées par les enquêteurs. Dans la foulée de la perquisition effectuée chez le défunt, Isma Sow, les hommes en bleu, ont alerté toutes les structures sanitaires des régions de Saint-Louis et Louga, afin qu’elles leur signalent la présence du braqueur grièvement blessé par balle.