NETTALI.Com – Le 2 octobre 2019, lors de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, Amadou Lamine Dieng a été nommé directeur général de l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres), en remplacement de Mamadou Sy Mbengue. Pour la confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts), ce décret présidentiel viole les textes qui régissent le fonctionnement de l’institution. La Confédération des syndicats autonomes du Sénégal (Csa) émet sur la même longue d’onde et demande, à son tour, au gouvernement de revoir sa copie.

Tout comme la Cnts, la Csa estime que la nomination d’un Directeur est du ressort du Conseil d’Administration. En clair, la Confédération des syndicats autonomes du Sénégal (Csa), qui  a pris acte du fait que le Gouvernement et le Chef de l’Etat Macky Sall, “soucieux de la sérénité qui doit prévaloir dans le fonctionnement de l’IPRES”, ait décidé d’appeler son Directeur à d’autres fonctions, souligne cependant “que l’Etat ne saurait créer un problème en voulant en résoudre un autre, car la nomination d’un Directeur Général au cours du Conseil des Ministres du 02 Octobre est une mesure inacceptable parce qu’elle viole les textes qui régissent l’Institution tout comme le principe de l’autonomie de gestion des Institutions Sociales“.

Ainsi, la confédération, dans un communiqué parcouru par nettali.com, ce samedi, appelle le gouvernement à surseoir à son remplacement à l’IPRES en engageant les organes appropriés de l’IPRES à se réunir sans délai, afin d’engager la procédure de recrutement d’un nouveau Directeur conformément à ses règles de fonctionnement.

Les textes de l’Ipres donnent le droit au Conseil d’administration de nommer ou de révoquer le directeur général. C’est ce qui s’est passé avec tous les directeurs. De Robert Diallo, Yéry Diop, Falla Diop, Ibrahima Sall, jusqu’à Mamadou Sy Mbengue, c’est le Conseil d’administration qui a toujours nommé ces directeurs’’, avait tenté de recadrer le secrétaire général-adjoint de la Cnts, Lamine Fall, sur les ondes de la radio Sud fm, jeudi passé.

‘’L’Ipres a une autonomie de gestion. A la Cnts, on ne saurait accepter aucune compromission là-dessus. Qu’il rapporte ce décret, qu’il y ait un appel à candidature, les Sénégalais postulent et le meilleur d’entre eux sera choisi. Voilà ce que nous avons toujours fait et nous tenons à être encore dans cette dynamique’’, mettait en garde Lamine Fall.