NETTALI-COM – Bien qu’il ait été l’initiateur de l’investiture du fils d’Abdoulaye Wade lors de la dernière Présidentielle de 2019, Babacar Gaye considère que « Karim Wade est un cas».

« Karim c’est naturellement est un cas. La preuve, les crises au sein du PDS, au lieu que les crises se passent entre leaders politiques qui, peut être de manière démocratique, cherche chacun en ce qui le concerne à être au sommet, c’est toujours une crise par procuration, car il y a toujours Me Wade en tampon», a déclaré l’ancien porte-parole du parti libéral, invité de l’émission «Jury du dimanche».

Lorsque le journaliste Mamoudou Ibra kane lui a demandé pourquoi a-t-il changé de position vu qu’il a été théoricien de la candidature de Karim Wade à la Présidentielle et qu’il lui a rendu visite à Doha, Babacar Gaye s’en défend.

« Ce n’est pas changement de position mais c’est une continuité. Karim c’est un cas à l’époque car j’avais considéré que c’était un candidat sérieux pour la présidence de la République, je l’assume et si c’était à refaire, je le refais pour deux raisons », assène celui qui se réclame toujours président de la fédération PDS de Kaffrine malgré son exclusion par « ses frères » libéraux.

Poursuivant sur les raisons qui l’avait poussé à investir Wade-fils, il argue : « ce n’est pas parce qu’il était meilleur que nous ni plus charismatique ni populaire car en 2012 il ne pouvait pas rassembler 1000 personnes mais cette candidature a eu pour soubassement, une démarche politique pour essayer de le sauver de prison».

Même si l’objectif n’a pas été atteint puisque la candidature a été invalidée par le Conseil constitutionnel, le leader de l’Alliance «Suxali Sopi » se réjouit. « Nous avons fait de lui ce qu’il est devenu aujourd’hui. Un homme connu avec la stature d’un homme politique, candidat du parti le plus représentatif du pays alors qu’il n’ai posé aucun acte, ni réunion… », explique Babacar Gaye avant de confier s’être rendu au Qatar sur invitation de Me Wade.

Par ailleurs, l’ancien porte-parole du PDS a laissé entendre qu’il n’est pas contre la nomination de Karim Wade comme secrétaire général national adjoint. Mais, ils sont plutôt contre le fait que Me Wade en est nommé 11 au total en violation des textes du parti libéral.

« En réalité nous n’avons pas de problème particulier avec Abdoulaye Wade qui reste notre leader incontestable même si on peut le contester par moment. Mais, il a enfreint les statuts de notre parti parce qu’il a subi tellement d’influence d’influences qui font qu’il ne se soucie pas du fonctionnement de notre parti. Il n’a jamais nommé 11 SG adjoints, il ne peut pas ni nommer 50 secrétaires nationaux seul le congrès peut modifier les textes…», explique Babacar Gaye.