NETTALI.COM- Après la déprogrammation de son audition jeudi dernier,  Adama Gaye sera finalement entendu au fond  ce mercredi.

 Ecroué à la prison de Rebeuss pour offense au chef de l’Etat depuis le 31 juillet dernier, Adama Gaye devait être auditionné au fond jeudi dernier. Mais, le jour j, le Doyen des juges d’instruction avait renvoyé l’audition sine die. Finalement, il l’a programmée ce mercredi 4 septembre.

Ce renvoi avait mis ses avocats dans tous leurs états. « Notre client Adama Gaye, prisonnier politique et d’opinion, a vu ce jour son droit d’être entendu et jugé dans un délai raisonnable, violé par la justice sénégalaise », fustigeait le collectif des avocats d’Adama Gaye. Qui déplorait également « les violations flagrantes et récurrentes de son droit à être entendu et jugé dans un délai raisonnable par une juridiction indépendante et impartiale de la justice sénégalaise ».

Par ailleurs, ce mardi, c’est le ‘’Cercle des amis de Adama Gaye’’ qui est monté au créneau pour fustiger l’emprisonnement du journaliste « pour un délit mineur sur la base duquel on ne doit pas être poursuivi dans une démocratie majeure, et  dont il est loin d’être coupable ».

La structure dénonce le report soulignant que le journaliste « a vu sa santé se détériorer, eu égard aux conditions de détention inacceptables ». Et d’ajouter : « En sus de son état de santé qui n’est pas des meilleurs, Adama Gaye est d’un âge qui ne lui permet pas d’être confiné dans les geôles atroces d’un régime,  qui cherche coûte que coûte à affaiblir moralement et physiquement le lanceur d’alerte ».

Compte tenu de cette situation, le cercle invite les autorités étatiques « à plus de raison et de bon sens dans cette affaire ». Tout en prenant « à témoin l’opinion nationale et internationale face à la volonté manifeste de l’État d’anéantir  Adama Gaye, intellectuel engagé au service de son peuple », le cercle tient également le gouvernement du Sénégal « pour responsable de tout ce qui pourrait arriver à Adama Gaye et des conséquences fâcheuses  que cela engendrerait dans le pays».

Face cette crainte, le cercle exhorte la société civile, les leaders d’opinion, les régulateurs sociaux « à faire entendre  raison à Macky Sall, seul commanditaire de cette arrestation, avant qu’ils ne soient “dépassés par les événements”. Exprimant « sa détermination sans faille pour que Adama Gaye recouvre sa liberté confisquée pour des raisons subjectives », les amis du journaliste-activiste disent « n’écarter aucune forme de riposte face aux méthodes loin d’être conventionnelles dont use le régime pour humilier, éprouver et écraser des activistes et des lanceurs d’alerte ».