NETTALI.COM  – Le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) s’est séparé de son coordonnateur national, Issa Sall. Cette décision a été entérinée lors d’un Congrès organisé samedi dernier, à Yoff.

La mesure est tombée ce week-end. Issa Sall n’est plus coordonnateur national du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur). Cette décision a été entérinée lors d’un Congrès du parti, tenu samedi dernier, dans une salle au populeux quartier de Yoff, à Dakar. Désormais, le candidat malheureux à la Présidentielle du 24 février dernier reste un simple militant du Pur. Makhary Mbaye, président de la Commission communication du Pur : «Depuis 2000, le Pur n’avait pas tenu de Congrès pour le renouvellement de ses instances. Ce Congrès de samedi a été préparé pendant plusieurs mois, les textes ont été soumis aux instances du parti et votés, le règlement intérieur respecté. Ainsi, les congressistes ont voté et entériné les décisions prises par le parti.»

Et parmi les décisions prises lors de ce Congrès organisé à Dakar, figurent en bonne place la suppression du poste de Secrétaire général national du parti, la désignation du sieur Khalifa Ababacar Ndiaye comme coordonnateur du Parti de l’unité et du rassemblement, en remplacement de Issa Sall, ainsi que la mise sur pied d’un nouveau Directoire composé de trois membres, avec des commissions spécialisées et des mouvements nationaux de jeunesses, de femmes et de séniors. S’y ajoute la décision des congressistes de maintenir la personne morale du parti, Serigne Moustapha Sy, au poste de président. «Le Congrès a dans sa quasi-totalité, renouvelé sa confiance au président du parti, Serigne Moustapha Sy. Nous avons voté à l’unanimité pour son maintien à la tête du Pur», a indiqué le Monsieur Com’ du Pur, Makhary Mbaye.

Issa Sall : «Je garde toujours mon poste de Coordonnateur national»

Cependant, l’annonce de cette nouvelle n’a pas laissé de marbre Issa Sall. Le désormais ex-coordonnateur du Parti de l’unité et du rassemblement a rué dans les brancards. N’y allant pas par quatre chemins, Pr Sall a manifestement contesté les décisions prises lors de ce Congrès qui, à ses yeux, ressemble plus à un rassemblement qu’à un Congrès, au vrai sens du mot. Issa Sall : «Le Congrès n’a pas été organisé selon les textes du parti et ne peut pas prendre des décisions légales. Pour moi, ce n’est pas un Congrès. Je n’ai pas été nommé, mais élu par un Congrès. S’il doit y avoir des changements, c’est un Congrès qui devra le faire. Je garde toujours mon poste de Coordonnateur national du parti.» Le député élu sous la bannière du Pur d’ajouter : «Dans un parti, il y a un statut et un règlement intérieur. Et l’organisation d’un Congrès procède de ce statut et de ce règlement du parti. Et pour aller en Congrès, il faut avoir des congressistes qui doivent provenir de la base, avec la vente des cartes au niveau des sections et fédérations. Ce processus-là est du ressort du coordonnateur national et n’a pas été respecté. On ne peut pas faire un Congrès sans avoir des congressistes. On ne peut pas pendre une cinquantaine ou une soixantaine de personnes, les mettre dans une salle et dire que c’est un Congrès pour un parti comme le Pur. Le Congrès du Pur ne peut pas se tenir dans une salle qui a la taille d’un bureau. Je n’ai pas participé à ce rassemblement.»

Des propos que bat en brèche le président de la Commission communication du Parti de l’unité et du rassemblement. Makhary Mbaye estime que le Congrès de samedi s’est tenu dans les règles, conformément aux statuts du parti. Il informe : «C’est sous les directives du président du parti, Serigne Moustapha Sy, que le Congrès a été convoqué et organisé, conformément aux statuts du parti. Le marabout a été empêché, mais a été représenté par son fils, Cheikh Ahmed Tidiane Sy. Issa Sall est libre de ne pas reconnaître le Congrès, il a ses raisons. Avant même la tenue de ce Congrès, il a été convoqué à plusieurs réunions préparatoires du parti, sur ordre du président Serigne Moustapha Sy, mais il n’est jamais venu. Samedi dernier bon plus, il n’est pas venu au Congrès, alors qu’il avait reçu une convocation de la part du Comité de Pilotage.» C’est parti pour un Pur bras de fer.