NETTALI.COM – Idrissa Diallo est parmi les rares personnes qui rencontrent Khalifa Sall en prison depuis qu’il a été placé sous mandat de dépôt, le 07 mars 2017. Tous les lundis, le maire de Dalifort part à la Maison d’arrêt de Rebeuss (Dakar), pour rendre visite à son mentor politique et leader de «Taxawu Dakar».  Selon lui, Khalifa Sall ne fait aucune fixation sur son éventuelle grâce. Il est sur autre chose.

«La Tabaski, c’était lundi (12 août), jour de visite pour Khalifa et en même temps, jour férié, on n’a pas été à Rebeuss. Mais, on le verra lundi prochain. Tous les lundis, on le rencontre, on discute de beaucoup de choses, mais les grâces, on en parle peu. Je pense que ce n’est pas dans ses cordes. Il est en train de voir autre chose, de façon très sereine. Parce que, quand on est dirigeant au niveau national, on ne doit pas sévir comme ça devant certaines situations. On le rencontrera lundi prochain et je sais que ça le fera rire. La dernière fois, que je l’ai vu, parce que les gens parlaient de grâce, il a rigolé en me disant : «J’espère que tu n’es pas tombé dans ce piège Idrissa ? On tente de vous démoraliser, faites doucement». C’est vous dire que c’est quelqu’un qui n’est pas dans cette perspective-là. Il vit sa peine avec beaucoup de sérénité et beaucoup de foi», témoigne Idrissa Diallo dans un entretien accordé à la presse.

Selon lui, quand vous allez en prison pour le rencontrer, c’est Khalifa lui-même qui vous remonte le moral. «C’est un super homme. Personnellement, il m’a vraiment surpris, je ne pensais pas qu’il allait résister comme ça. Il est fort dans ce qu’il est en train de vivre en ce moment. Et c’est ça aujourd’hui la particularité de l’homme. Je ne pense pas que c’est en brandissant ça, faisant croire à sa maman qu’on va le libérer, elle l’attend et il ne sort pas, qu’on va pouvoir le faire accepter, peut-être, des choses qu’on veut lui proposer, ou faire penser à ses enfants qui vont venir bientôt, peut-être, que ceux-là vont lui mettre la pression. Je crois qu’ils connaissent mal l’homme. Macky Sall croit connaitre Khalifa, mais il ne le connait pas. J’aurais souhaité qu’il soit dehors, mais je sais qu’il le vit avec beaucoup de force, de conviction et de confiance en soi. Il est prêt à faire ses cinq ans, il est pas prêt à des compromissions », dit-il.

Idrissa Diallo croit savoir que si le Président Sall n’a pas encore gracié Khalifa Sall c’est parce qu’il est toujours dans les calculs politiques, des calculs de petits problèmes. «Quand les gens ont parlé de la liste des personnes graciées par le Président, j’ai dit que cela m’étonnerait que le nom de Khalifa Sall y figure, parce que le monsieur à qui il a affaire, n’est pas ce genre de personne. Mais, il oublie que son pouvoir finira tôt ou tard. C’est normal que des Sénégalais y croient parce qu’il a dit, avant les élections et à l’ouverture du dialogue national, attendre la fin de la procédure. Ce qui est inquiétant d’abord, parce que la candidature de Khalifa Sall a été invalidée par le Conseil constitutionnel qui a argué que la procédure a été épuisée et qu’il a été définitivement condamné, et que le rabat d’arrêt n’avait pas de sens. Le président de la République, lui, disait attendre le rabat d’arrêt et les Sénégalais attendaient qu’il libère Khalifa lors de la Tabaski, mais c’est mal le (Macky Sall) connaître», déplore-t-il.

Le maire de Dalifort ne désespère, toutefois, pas de voir tôt ou tard son mentor sortir de prison.