NETTALI.COM – A l’heure des technologies de l’information et de la communication, la dématérialisation des procédures est une nécessité pour toute administration qui se veut performante. C’est ainsi que le Sénégal a mis en place le  Programme d’appui à la modernisation de l’Administration (Pama).

« Notre Administration doit épouser les réalités de son temps et s’adapter à ses missions plus nombreuses, plus diversifiées, plus complexes et donc plus exigeantes », c’est ce qu’a déclaré hier Macky Sall, lors du lancement du Programme d’appui à la modernisation de l’Administration (Pama), au Centre international de conférences Abdou Diouf de Diamniadio.

Ce programme vise une mutation qualitative, devant les lenteurs notées dans les procédures administratives, alors que les technologies de l’information et de la communication ont profondément changé les paradigmes du management public.

A cet égard, la ministre de la Fonction publique, Mariama Sarr, a salué les mesures prises pour donner corps au projet de signature électronique, devant assurer la rapidité dans la délivrance d’actes administratifs.

Il y a aussi la nouvelle plateforme Télédac, logée au ministère de l’Urbanisme. Celle-ci facilite au citoyen la demande d’autorisation de construire. « Le citoyen a la possibilité de suivre son dossier et d’avoir toutes les informations en temps réel », rappelle, à ce propos, Cheikh Bakhoum, le directeur de l’Agence de l’informatique de l’Etat, principale architecte de ces réformes digitales.

La police et la gendarmerie tirent également profit de ce vent de digitalisation porté sur la proactivité, avec l’existence d’un système de base de données d’immatriculation et de toutes les informations relatives au transport plutôt, leur permettant de se passer de la réquisition.

Les opérations de paiement de taxes s’en trouvent aussi améliorées.

De l’avis de M. Bakhoum est de « mettre en place un système d’échange d’informations entre les administrations ». « Nous espérons que vous allez nous accompagner dans l’adoption des textes du partage d’information dans l’Administration afin d’arriver à l’open gouvernement », explique-t-il.

Pour mémoire, le Sénégal compte 1 337 bâtiments administratifs connectés et 4 500 km de fibre optique très peu utilisée (2 paires sur 12) par l’Administration. D’ici 2021, elle devrait s’étendre sur 6 000 km et 1 500 bâtiments.

La Direction des impôts et domaines, la douane, l’Apix, la Direction des transports terrestres ont déjà intégré cette dynamique de dématérialisation des procédures.

Malgré ces infrastructures, il reste des efforts à faire. L’unique centre de données du pays est le Datacenter du Technopole, celui de Diamniadio est en construction et un autre est à venir, d’ici 2021, à Kaolack.

Enfin, notons le projet « smart territoires » pour la délivrance de tous les services de l’Administration au citoyen, ainsi que l’accès aux différents programmes (Pudc, Puma, Cmu, Der…).