NETTALI.COM – La démission d’Aliou Sall de son poste de directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc) est loin de calmer les ardeurs de ses détracteurs. Le Front démocratique et social de résistance nationale (Frn) exige désormais sa démission de toutes les fonctions publiques qu’il occupe.

 Les détracteurs d’Aliou Sall refusent de le lâcher malgré sa démission de ses fonctions de directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc). Après la plateforme «Aar linu bokk» qui assure que cette démission n’entamera en rien sa détermination à se battre pour que la lumière soit faite sur les contrats pétroliers et gaziers, c’est au tour du Front démocratique et social de résistance nationale (Frn), qui regroupe des partis d’opposition et organisations de la société civile, d’entrer dans la danse. Dans sa déclaration n°2 sur le pétrole et le gaz, la conférence des leaders du Frn, qui s’est réunie mercredi à Dakar, a réitéré la position déjà dégagée le 7 juin dernier et qui se décline en trois points :

démission sans délai d’Aliou Sall de toutes ses fonctions publiques
déclassification du rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige) sur cette affaire et
appel aux instances compétentes pour que justice soit faite.» Le Frn continue ainsi d’engager le peuple sénégalais à réclamer justice par «une forte mobilisation afin que les coupables de tout bord soient punis et que les biens spoliés soient totalement restitués au peuple Sénégalais qui en est le propriétaire exclusif“.

Pourtant, se réjouissent les leaders de ce front, «deux semaines après (leur première déclaration), les lignes commencent à bouger suite à une mobilisation populaire et citoyenne qui ne faiblit pas. En effet, Monsieur Aliou Sall vient de démissionner de son poste de Directeur général de la Caisse des dépôts et consignation». «Nous osons espérer que d’autres démissions suivront et que c’est là le début d’un processus de clarification intégrale débouchant sur un procès de la vérité et de la justice», poursuit la déclaration rendue publique ce lundi. Et le Frn se dit, d’ailleurs convaincu que «seule la pression populaire et citoyenne peut garantir la poursuite du processus de clarification jusqu’à son terme». Ainsi, le front entend lancer, dès la semaine prochaine, «un vaste plan d’actions qui devra impliquer toutes les coordinations départementales du pays et celles de la diaspora».