NETTALI.COM- Le parquet a requis l’acquittement de Baye Modou Fall alias Boy Djinné, accusé avec 9 autres personnes d’au moins de 22 cas de vols aggravés multiples. En revanche, ses co-accusés encourent des peines comprises entre 3 ans ferme et 20 ans de travaux forcés.

En prison depuis 2013, c’est ce mardi 11 juin 2019 que les 10 accusés ont comparu devant la Chambre criminelle. Le 11ème a été jugé par contumace. Ils répondaient des faits d’association de malfaiteurs, faux et usage faux en écritures privées de banque, vol en réunion avec usage d’arme et de véhicules, détention illégale d’armes et recel. Les victimes sont nombreuses et même Waly Seck en fait partie, mais seul le cambiste Hamidou Ly a comparu.

Cependant, le parquet a estimé qu’il n’existe pas de preuve contre Boye Djinné et a requis son acquittement.

Les faits remontent en 2013 et tout est parti d’une plainte déposée par ce dernier auprès du commissaire, chef de Sûreté urbaine de Dakar, pour des faits d’agression suivie du vol de son sac contenant un carnet de chèques de la banque Cbao, les clefs de son bureau et de son coffre-fort, deux téléphones portables de marque Samsung et la somme de 13 millions de francs Cfa.

Le cambiste soutenait être victime d’une attaque le 9 août 2013, par deux individus, à bord d’un scooter, armés de coupe-coupe et munis d’une arme factice.

A la barre, il a identifié Mansour Diop alias Thialé et Ibrahima Cissé alias Baye Niass mais ces derniers ont clamé leur innocence à l’instar des autres accusés, à l’exception de Amath Dièye, le seul à avouer.

« On m’a extrait de prison pour me demander si je connaissais mes co-accusés. Je suis victime d’un règlement de comptes entre policiers. Lors de l’attaque du Chinois, ma voiture était en garage suite à un accident », s’est défendu Baye Modou Fall.

Amath qui a reconnu les faits a confié avoir commis une seule  agression. Et c’était contre le sieur Ly et en compagnie de Mansour Diop et Ibrahima Cissé dit Baye Niass, à la veille d’une fête de Korité. Selon sa déclaration, ils revenaient d’un match de football au Lycée Lamine Guèye quand Baye Niass leur a fait savoir que Ly possédait de l’argent. Après leur forfait, ils se sont partagés le butin et chacun a reçu 4 millions.

Toutefois, Hamath a allégué qu’ils n’étaient pas armés. Sauf que l’accusé a été confondu par certaines victimes qui ont soutenu qu’il était armé d’un pistolet 9mm. L’accusé l’a catégoriquement nié en alléguant que c’était la seule et unique fois qu’il agressait une personne. Aussi a-t-il contesté avoir participé aux autres agressions.

Entendus à leur tour, Baye Niass et Thialé ont clamé leur innocence. Le second, identifié par plusieurs victimes a déclaré n’entretenir que des relations commerciales avec le premier. Et avec Hamath, ils jouent seulement au football et que ce sport est sa seule passion.

Baye Niass a reconnu avoir remis à Aliou Diagne un chèque en guise de paiement d’un téléphone. Sur la provenance du chèque, il a indiqué qu’Amath le lui a versé de paiement de 20 paires de chaussures. « Je devais retirer 1,2 million je devais lui garder les 600 000 F restant », a-t-il a déclaré.

Amath l’a nié et a persisté dans ses aveux en révélant qu’une fois en prison, Baye Niass lui a proposé la somme de 700.000 F pour qu’il le disculpe.

Frère utérin de Amath, Mame Demba Diatta qui a reçu trois balles lors d’un cambriolage chez un Chinois, a laissé entendre qu’il accompagnait un certain Moussa qui lui avait fait croire qu’il devait récupérer de l’argent auprès de quelqu’un. Il a ajouté qu’il était ivre cette nuit-là. En revanche, comme il l’a fait devant le juge d’instruction, il a disculpé Boy Djinné.

Mais pour l’avocat de la partie civile, ils sont tous capables et ont agi en bande. Pour le préjudice Me Aboubacry Barro a réclamé 20 millions au titre de dommages et intérêts.

Le procureur a disculpé Boy Djinné et Ndiaga Diagne et a requis leur acquittement. En revanche, le maitre des poursuites a requis  5 ans ferme assortis d’un mandat d’arrêt contre Alioune Diagne.

Les présumés receleurs Arfang Fall et Moustapha Wilane encourent 10 ans de travaux forcés. Poursuivi pour rébellion et détention d’arme blanche, Ousmane Tine s’était opposé à son arrestation et risque 3 ans ferme. Amath, Thiale, Baye Niass risquent 20 ans de travaux forcés tandis que Mame Demba et Mamadou Diallo encourent 12 ans de travaux forcés

Les avocats des accusés plaident l’acquittement.Verdict le 2 juillet prochain.