NETTALI.COM – Après Idrissa Déby qui a, en 2017, proposé une réforme du F CFa, c’est le président Alpha Condé qui se prononce sur le sort de cette monnaie, 60 ans après la sortie de la Guinée de la zone.

«Je n’ai pas dit que nous ne sommes pas maîtres. J’ai dit que nous voulons désormais être maîtres de notre destin. C’est-à-dire que nous ne voulons plus qu’on nous dicte. Nous voulons pouvoir définir notre propre plan de développement économique, notre propre façon d’appliquer les principes démocratiques à nos pays. Ce que j’ai dit c’est que l’Afrique aujourd’hui doit se prendre en main. Maintenant, je ne suis pas membre de la zone franc. C’est les pays membres de la zone franc qui doivent savoir si c’est avantageux ou pas et décider. Et je ne suis pas membre de la zone franc, mais je suis partisan d’une monnaie régionale ou continentale. Je suis partisan d’une monnaie dans le cadre de la CEDEAO et plus tard d’une monnaie africaine », avait  déclaré le chef de l’Etat guinéen dans une interview qu’il a accordée le 11 avril 2017 à RFI.

Rencontrant la presse ivoirienne dans le cadre d’une visite de travail de 72H entamée jeudi, l’homme fort de Conakry a précisé sa pensée en ces termes: « Moi, je suis un partisan régional. Je suis très heureux que nous travaillions pour qu’en 2020 nous ayons des pays africains de la CEDEAO, qu’ils soient francophones, anglophones ou lusophones. Le plus important, c’est que nous ayons une monnaie commune. Et nous travaillons dans ce cadre. Et je crois que le franc CFA sera donc dépassé ».

« Mais comme je le dis à mon frère Alassane, moi je suis partisan d’une monnaie régionale, et je suis très heureux aujourd’hui que nous travaillons pour la monnaie », poursuit-il.

Le chef de l’Etat guinéen a aussi rappelé les raisons pour lesquelles son pays avait quitté la zone CFA en 1958. « Vous savez, la monnaie guinéenne a été créée volontairement. Le président Sékou Touré, paix à son âme, n’a pas voulu créer la monnaie. Mais vous savez les conditions dans lesquelles nous avons eu l’indépendance, et progressivement chaque fois que le billet F Cfa allait à Dakar, il était bloqué et à un moment donné l’économie guinéenne était asphyxiée », souligne-t-il.

« C’est ce qui a amené le président Sékou Touré à créer la monnaie précipitamment. Mais, comme je le dis à mon frère Alassane, moi je suis partisan d’une monnaie régionale, et je suis très heureux aujourd’hui que nous travaillons pour la monnaie. Je pense qu’en 2020, nous aurons une monnaie de la CEDEAO. Nous travaillons dans ce sens. Et ça veut dire que le FCFA sera dépassé dans ce cadre », tente-t-il de rectifier le tir.