NETTALI.COM – Mercredi 24 avril , vers 12 heures, l’inspecteur régional des eaux et forets de Kolda était en tournée de suivi pour aller visiter le nouveau poste de contrôle de Manda Douanes en construction. Au sortir du village de Saré Diouldé dans la commune de Sinthiang Koundara, département de Vélingara, le capitaine Diop, inspecteur régional et le lieutenant chef de division reboisement des eaux et forêts de Kolda, ont rencontré une moto tricycle en train de traverser le goudron avec une importante quantité de troncs d’arbre.

Poursuivi, le conducteur s’est enfui vers la frontière gambienne laissant sur place la moto et les troncs d’arbres. Les agents des eaux et forêts voulaient récupérer la moto et la ramener au poste, mais c’était sans compter avec les militaires gambiens alertés par le délinquant fuyard.

Lourdement armés, les militaires gambiens ont rappliqué à la minute qui a suivi, sur les lieux. Ils se sont farouchement opposés à ce que les bérets verts sénégalais ramènent la moto au niveau de leur poste. Pis, les militaires gambiens ont voulu acheminer le chef de division reboisement et son chauffeur qui accompagnaient l’inspecteur régional dans sa tournée, à leur base.

Il s’en est suivi une chaude altercation entre bérets verts et militaires gambiens à l’issue de laquelle les militaires gambiens ont confisqué deux bérets et un ceinturon de l’inspecteur régional et du lieutenant chef de division reboisement à Kolda, en présence d’un agent de renseignement gambien qui jouait la carte de l’apaisement.

Les militaires gambiens se sont finalement retirés dans leur base avec les deux bérets et le ceinturon.

Informés, le commandant de la zone militaire n°6 de Kolda, accompagné du chef de corps du bataillon, ont quitté Kolda pour se rendre aussitôt à la frontière, très proche de la route nationale pour arrondir les angles avec le commandant gambien. C’est après plusieurs tours d’horloge d’échanges entre militaires sénégalais et gambiens que ces derniers se sont résolus à rendre les deux bérets et le ceinturon qu’ils avaient confisqués.

Il faut signaler que ce phénomène est très récurrent dans cette zone.

Les populations demandent aux plus hautes autorités des deux pays de prendre à bras le corps cette affaire pour éviter le pire entre nos forces de sécurité et de défense des deux pays.