NETTALI.COM – 1 an dont 3 mois ferme, c’est la peine que le tribunal des flagrants délits de Dakar a infligé à Amara Diambo. Le prévenu a été déclaré coupable de tromperie sur la qualité d’une marchandise pour avoir commercialisé de l’eau de robinet qu’il a mise dans des bouteilles d’Aqueterra.

Ancien chef logistique à la société Canadian bottling compagny (Cbc), Amara Diambo comparaissait ce mardi 2 avril 2019. Outre le délit de tromperie sur la qualité d’une marchandise, il a été également reconnu coupable de mise en vente d’un produit alimentaire sans autorisation. Il doit payer des dommages et intérêts de 2 millions de F Cfa.

Deux de ses employés, Mamadou Issa Ba et Ibou Ndao, poursuivis pour complicité mais également du délit d’association de malfaiteurs, ont été relaxés.

En revanche, les deux autres employés de Cbc, Baba Diop et Cheikh Tidiane Diop, sont reconnus coupables de vol à l’occasion du service. Le parquet avait requis 2 ans dont 3 mois ferme contre eux, mais ils ont écopé de deux mois assortis du sursis.

Face au juge et ses deux assesseurs, tous les prévenus ont clamé leur innocence à l’exception d’Amara. Il a reconnu les faits tout en alléguant qu’il s’agissait de l’eau filtrée. Le prévenu a ajouté qu’il était dans l’attente d’une autorisation des services compétents puisqu’il avait déposé une demande d’autorisation.

Pour Me Amadou Sow, avocat de la partie civile, la culpabilité de Amara ne souffre d’aucune contestation. Pour le préjudice, il a réclamé 10 millions F Cfa pour le compte de Cbc.

Les conseils du prévenu, Me Bamba Cissé et Abdou Dialy Kane ont, quant à eux, déploré l’absence de test scientifique pour analyser la qualité de l’eau vendue par leur client. Ainsi, ils ont plaidé une application bienveillante de la loi car il  s’agit  de contrefaçon et non de tromperie sur la marchandise. Puisque, argue Me Cissé, Amara Diambo a juste pris de l’eau en le mettant dans un emballage appartenant à Aquaterra. « Le préjudice est moral, or la partie civile a eu l’outrecuidance de réclamer la somme exorbitante de 10 millions », se désole-t-il.

Si le tribunal a revu à la baisse le montant des dommages et intérêts, il a maintenu Amara en prison en libérant ses co-prévenus.