NETTALI.COM-Le Sénégal a enregistré des efforts assez significatifs en matière de lutte contre la tuberculose. La révélation est du Docteur Madou Kane,  chargé du volet suivi et évaluation du Programme national de lutte contre la tuberculose ( Pnt). Il faisait face à la presse, ce jeudi, en prélude à la journée mondiale dédiée à la maladie et célébrée le dimanche 24 mars.  

A en croire le médecin, cette maladie endémique est en baisse puisque plusieurs patients ont pu être sauvés l’année dernière.  “En 2018, nous avons pu sauver la vie de 13 667 malades atteints de tuberculeuse  pharmaco-sensive mais  aussi la vie de 97 cas de tuberculeux multi résistante”, s’est réjoui Dr Kane.

Il a fait savoir qu’en terme de suivi des cas, le taux de succès est de plus de 87% tandis que le taux de décès a été maîtrisé à 3% alors que la cible est de 5%. En revanche, le taux d’abandon de traitement est à 4%.

Soulignant que « les avancées sont assez significatives grâce à l’aide des partenaires et de tous les acteurs communautaire », Dr Kane renseigne qu’il y a une baisse des décès. “On s’attendait à 5% mais on est à 3% donc moins de 200 personnes sont décédées de cette maladie l’année dernière”, se désole la blouse blanche.

 

Toutefois, il rassure la population en indiquant que des mesures ont été prises afin qu’on puisse instaurer le traitement après diagnostic.

Par rapport aux cibles, le coordonnateur du Pnt explique que la population carcérale est vulnérable. “Ce sont des personnes qui sont exposées, qui ont des accès difficiles aux soins. Les détenus font partie de ceux-là”, renseigne le médecin. Et de préciser que “les personnes vivants avec le Vih,  les enfants malnutris mais aussi les populations dans les grandes agglomérations, la banlieue comme à Yeumbeul sont des populations très exposées”. “Il y a aussi les personnes qui sont contact avec ces tuberculeux”, termine-t-il son propos.

 

« Tout ce groupe est exposé à cette maladie qui se transmet par voie aérienne », souligne le médecin. Selon qui, « toutes les maladies qui se transmettent par voie aérienne se transmettent passivement. Ce qui veut dire qu’on peut être atteint en allant au marché, au travail, dans la rue. »

Revenant sur l’importance du thème choisi par le Sénégal pour célébrer la journée mondiale, Dr Kane a relevé que c’est compte du rôle joué par celle-ci considérée comme actrice de développement sur qqui « on peut se baser sur elle pour gérer la famille, la santé de la famille. »