NETTALI.COM – 2 ans dont 4 mois ferme, c’est la peine que risque A. Ndiaye, domestique attraite à la barre du tribunal par sa patronne qui l’accuse de vol de bijoux en or sertis de diamants d’une valeur de 5 millions de francs CFA. Elle sera fixé sur son sort, lundi prochain.

Employée comme technicienne de surface dans une maison, Aïssatou Ndiaye n’y a passé que 13 jours avant de se retrouver face à des déboires. Elle est en effet accusée de vol de bijoux en or et en diamant d’une valeur de 5 millions de francs CFA, par sa patronne. Laquelle, devant le prétoire, a donné les raisons pour lesquelles, elle est convaincue que cette dernière est « sa voleuse ». « Je l’ai recrutée le 1er novembre dernier. Je vis seule car mon mari est à l’étranger. J’étais partie en voyage et elle devait reprendre le travail, lundi mais elle n’est pas revenue. Elle ne répondait plus à mes appels. Finalement, elle m’avait bloquée. A ma grande surprise, j’ai par la suite constaté que mon pendentif en diamant et des bijoux en or, ont disparu », a-t-elle expliqué, tout en indiquant que c’est suite à une géolocalisation que la prévenue a été arrêtée parce qu’elle refusait de donner son adresse.

Des accusations que la domestique a battu en brèche, soutenant n’avoir pas vu les bijoux. Elle dit être restée chez elle en attendant le coup de fil de sa patronne qui lui avait demandé d’attendre son retour de voyage pour l’appeler. « Je n’ai pas vu ses appels, le mardi. Le lundi, je suis allée travailler, mais j’ai dû rebrousser chemin car après avoir sonné à plusieurs reprises, personne n’a ouvert… Je n’ai même pas récupéré le chèque promis par la dame. Cette dernière m’a fait appeler par le gardien qui m’a demandé de lui donner mon adresse afin qu’il me dépose un chèque de 50 000 F émis par la dame. Un subterfuge pour juste connaître mon adresse. », a-t-elle soutenu pour se tirer d’affaires.

Elle a également porté des accusations sur le témoin (le gardien) qui lui aurait demandé de démissionner parce que la partie civile aurait l’habitude d’accuser à tort ses employées de vol.

L’avocat de la plaignante a réclamé la somme de 5 millions de francs CFA pour sa cliente, alors que la prévenue continue de clamer son innocence.

Le délégué du procureur a requis 2 ans dont 4 mois ferme. Me Iba Mar Diop a demandé que la prévenue soit relaxée pour défaut de preuve.

La décision sera rendue le lundi 10 janvier 2022.