NETTALI.COM – En route pour Bafoussam (Cameroun), les Lions du Sénégal ont reçu ce mardi après-midi le drapeau national des mains du président de la République. Capitaine de la sélection, Kalidou Koulibaly a lancé un cri de soldat : « on nous tue mais on nous ne déshonore pas ».

C’est aux alentours de 16 heures que les Lions, en provenance du Radisson Hotel Dakar Diamniadio à bord du Train Express Régional, sont arrivés au palais de la République. Devant le chef de l’État, Kalidou Koulibaly a tenu un discours de combattant.

 » Vous êtes indiscutablement le premier Lion. Nous sommes honorés de recevoir de vos mains l’Étendard de notre Nation pour le hisser le plus haut possible au sommet du football africain. Nous avons une fière considération de notre mission, celle de défendre les couleurs de notre pays et les vertus de sa jeunesse que sont le courage, le patriotisme et l’abnégation. Comme vos soldats, monsieur le président, on nous tue mais on nous ne déshonore pas« , a déclaré le capitaine de la sélection.

 » Nous allons au Cameroun avec notre implication avec celle de nos relations toute entière. Nous y allons avec beaucoup d’ambition et d’envie. Nous y allons avec la gagne pour emprunter le jargon du football et nous reviendrons avec la fierté et la mission accomplie. Vive le Sénégal  ! En Avant les Lions ! Nous sommes prêts ! « , dit-il.

 » Pas de finale, on veut la coupe« 

Maître des lieux, le président Macky Sall a motivé et galvanisé Sadio et les autres hommes d’Aliou Cissé. Il se dit convaincu que le Sénégal possède l’une des meilleures équipes du continent « sinon la meilleure équipe« . Cela, au regard des résultats obtenus ces dernières années avec une première place au classement FIFA en Afrique depuis 37 mois, un record.

Par ailleurs, le président de la République a appelé à l’unité derrière l’équipe nationale et exhorté Aliou Cissé et ses joueurs à « forcer ce destin qui nous tends les bras depuis plusieurs années« . Avant d’indexer Sadio Mané en ces termes:  » Wayé bi, wakhou ma finale, coupe lagnou wakh. Meune ngène ko nak Sadio Mané (Cette fois-ci, pas de finale. On veut la coupe. Vous le pouvez Sadio Mané).