NETTALI.COM – Souleymane Baba Diallo a écopé, hier, d’une peine ferme, pour avoir filmé sa petite-amie toute nue et menacé de partager la vidéo, en échange d’argent et de faveurs sexuelles.

Une affaire de chantage s’est invitée, mercredi dernier, à l’audience du tribunal de grande instance de Tambacounda, statuant en matière correctionnelle. En l’espèce, il s’agit de Souleymane Baba Diallo, boulanger de profession à Sinthiou Malème, qui, durant une année, a fait chanter sa copine A. Diallo. Il réclamait d’elle d’assouvir ses désirs sexuels ou de lui donner de l’argent. Pour mettre un terme à ce cauchemar, la jeune fille a saisi la police centrale de Tambacounda d’une plainte.

La jeune dame travaille comme bonne à Dakar. Chaque année, elle rentre à Sinthiou Malème pour y passer la fête de Tabaski en famille.

Devant la barre, rapporte EnQuête, la victime a expliqué que tout est parti d’une vidéo d’elle que son petit-ami a prise à son insu, lors de la fête de Tabaski de l’année d’avant. Dans la vidéo, elle est toute nue. Après la fête, alors qu’elle était retournée à Dakar, son copain lui a envoyé la vidéo et un vocal sur WhatsApp. Dans l’audio, il menace de partager la vidéo sur les réseaux sociaux, si jamais elle ne fait pas tout ce qu’il lui demande de faire.

Prise de panique, la jeune fille décide de jouer le jeu. En revenant pour la fête de Tabaski de cette année, pour juste calmer son amant, elle lui fait un cadeau. ‘’J’ai acheté un tissu gezner dont le mètre m’a coûté 12 000 F que j’ai cousu. C’est le boubou qu’il a mis, lors de la fête’’, dit-elle. Après ce sacrifice, Aïssatou croyait avoir réglé le problème. De plus, elle avait même décidé de passer l’éponge sur cet épisode de leur relation. La naïveté de la jeune fille l’a poussée à continuer à avoir encore confiance en son petit-ami. Quelques jours après, elle a répondu à l’invitation de son copain chez lui. Après leur partie de jambes en l’air, Souleymane émet le souhait d’enregistrer à nouveau Aïssatou toute nue. Cette dernière s’y oppose fermement. Le jeune homme voit rouge et la violente. Il se saisit d’un fil avec lequel il chicote la fille. Cette scène se déroulait vers les coups de 00 h. A une heure aussi tardive, la fille ne pouvait trouver son salut qu’en acceptant les exigences de son bourreau. La mort dans l’âme, elle s’exécute. Après cette nouvelle déconvenue, elle décide de sortir de cette relation qui ne lui a apporté que peines et tourments. Mais c’est sans compter avec la pugnacité de Souleymane. Avec cette nouvelle vidéo à sa disposition, il recommence à faire chanter celle qui se considère dorénavant comme son ex.

Dans un premier temps, Souleymane continue de demander à la jeune fille de venir chez lui. Mais la fille ne donnant aucune suite à ses invitations, il envoie son ami Alpha pour convaincre la fille. Celle-ci campe sur sa position de rompre définitivement et ne veut plus avoir affaire à lui. Selon la fille, Alpha est venu chez elle lui dire : ‘’Je suis en train de tout faire pour empêcher mon ami de partager ta vidéo. Mais tu ne me facilites pas la tâche. Va le voir et tout sera réglé.’’ Ensuite, ayant appris que son ex-copine avait un prétendant pour le mariage, Souleymane envoie la vidéo et un vocal. Dans le message audio, il menace encore de partager la vidéo sur les réseaux sociaux, si la fille ne lui verse pas la somme de 50 000 F CFA. Munie de ces deux preuves sur son portable, elle est allée porter plainte contre son maitre-chanteur.

Dans la vidéo présentée comme élément de preuve, Souleymane forçait la fille à se déshabiller, mais aussi à écarter les jambes dans un langage aussi sale que vulgaire qui a choqué plus d’un dans la salle.

Interrogé sur les raisons de son comportement, le prévenu justifie son acte par le fait que la fille lui était infidèle, car un jour, il avait consulté son téléphone portable et avait vu qu’elle partageait des photos avec un autre garçon. Une réponse banale et légère qui a poussé le procureur à demander au prévenu s’il est conscient de la gravité de son acte. ‘’Rien ne justifie ton comportement vis-à-vis de cette jeune fille. Elle ne t’appartient pas. Cinq ans de relations, tu n’as pas demandé sa main. Pourquoi l’empêcher d’aller voir ailleurs ’’, a interrogé le parquetier.

Le juge, après avoir déclaré le prévenu coupable, l’a condamné à six mois ferme et à payer une amende de 50 000 F CFA