NETTALI.COM – Le maire de la commune de Fann-Point E-Amitié accuse des membres de l’APR de ‘’fraude’’ dans la délivrance des certificats de résidence. Palla Samb compte porter plainte contre toutes les personnes identifiées.

Décidément, la révision des listes électorales n’est pas de tout repos. Après les difficultés pour l’obtention du certificat de résidence dénoncées par les Forces du Plateau, la commune de Fann – Point E – Amitié alerte, à son tour, sur une situation de fraude portant également sur les certificats de résidence. Selon le maire de la commune, la majeure partie des certificats de résidence présentés à la commission de révision n’émane pas de l’état civil de Fann-Point E-Amitié. ‘’Ce qui se passe dans la commune Fann-Point E-Amitié ne se passe dans aucune autre commune. Depuis l’ouverture du centre de révision, nous assistons à une situation extraordinaire. La grande majorité des personnes qui viennent avec des certificats de résidence ne savent où se trouve l’état civil de la commune. Aujourd’hui, les certificats de résidence sont délivrés à la permanence de l’APR sise à Sicap Amitié 2. Les responsables de cette fraude ont recruté des jeunes pour remplir les certificats de résidence au niveau de la permanence. Mais puisque ces jeunes ne savent pas comment remplir ces certificats, ils font beaucoup d’erreurs et ils sont tombés dans leur propre piège’’, explique Palla Samb dans EnQuête. A l’en croire, son équipe a laissé faire les fraudeurs, afin de rassembler le maximum de preuves.

Face à la presse, il a tenu à montrer des certificats de résidence entachés d’irrégularités. ‘’Pour une même personne, détaille le maire, vous avez là un certificat de domicile délivré par le délégué de quartier où il est marqué boulevard Est Point E et sur le certificat de résidence, l’adresse devient Amitié 2. Les deux ont été délivrés le même jour. Sur certains certificats, on ne retrouve pas la signature de l’officier d’état civil. Face à la Cena, qui faisait sa ronde ce jour-là, certains ont affirmé ne pas savoir d’où provient leur certificat de résidence. Beaucoup de certificats de domicile portent l’adresse DakarPlateau quartier, mais au niveau du certificat de résidence, on lit Amitié 2 comme adresse’’. ‘’Basta ! Il faut que cela s’arrête’’

Considérant que l’inscription de ces Sénégalais sur les listes électorales se fait à partir de ‘’faux documents’’, l’édile de Fann a ordonné à leur encontre le blocage du processus. Une décision par la suite annulée par le sous-préfet qui a instruit le président de commission de révision de les inscrire.

En plus de ces incohérences, il se trouve que les cachets de l’officier d’état civil sur certains certificats de résidence ne sont pas authentiques. Selon M. Samb, ‘’l’état civil a écrit à la commission pour dire qu’à partir du 11 août, tous les cachets bleus ne l’engagent plus et que désormais ce sera un cachet rouge. Comment expliquer que, pour un même officier d’état civil, une même commission, on trouve deux cachets (bleu et rouge) sur un certificat de résidence ? Puisqu’il a parlé du 11 août, les auteurs changent la date de délivrance desdits certificats (8 ou 9 août), portant des cachets bleus’’.

Le maire promet des mesures politiques, de concert avec tous les partis de l’opposition, ainsi qu’une plainte contre les personnes identifiées dans la délivrance de ces ‘’faux’’ certificats de résidence. ‘’Basta ! Il faut que cela s’arrête. La politique est une question d’éthique et de morale. Ces gens doivent apprendre aux jeunes autre chose que le vol. Nous avons mené nos investigations et nous savons exactement qui remplit ces certificats de résidence. Pis, ils ont mentionné sur plusieurs certificats la villa 11 du Point E qui n’est plus habitée depuis 40 ans, de même que le numéro de la maison qui hébergeait l’ancien chef de cabinet de ministère de l’Urbanisme. Cette maison a été rasée. Nous allons saisir le procureur. Nous allons porter plainte, parce que toutes les personnes citées dans cette affaire doivent répondre à la justice. Une pièce d’état civil ne peut pas être délivrée au siège d’un parti’’, martèle-t-il.

La commune demande une réaction du chef de l’Etat. Au cas contraire, elle entend dérouler un plan d’action politique non encore dévoilé. ‘’Si ces gens pensent que la politique, c’est le vol et la magouille, ils se trompent. Il revient aux populations de sanctionner le travail de notre équipe. Nous n’allons pas accepter que le maire de la commune ne soit pas élu par la population de Fann-Point E-Amitié, mais par Pikine, Guédiawaye, Parcelles Assainies… On ne va pas se laisser faire. Pour voter ici, ils marcheront sur nos cadavres. Nous appelons à la responsabilité de l’Etat du Sénégal. Un huissier a constaté ce que nous disons. Nous ne pouvons plus accepter que des gens s’inscrivent sur du faux’’. Les trois derniers sondages, selon le maire, place en mauvaise posture la coalition Benno Bokk Yaakaar. Ce qui explique toutes ces ‘’magouilles’’, en prélude aux Locales de 2022