NETTALI.COM –  Saër Kébé n’est pas encore sorti de l’auberge. Après la décision de la Cour d’appel qui lui est favorable, le procureur a décidé d’interjeter appel. La juridiction suprême devra donc statuer sur son cas. 

L’information a été confirmée par son avocat Me Moussa Sarr. Arrêté en 2014 pour apologie de terrorisme, acte de terrorisme et menace de terrorisme, Saer Kébé, a été, après 4 ans de détention préventive, condamné à 3 mois avec sursis pour menace de terrorisme. Il avait été acquitté des faits d’actes de terrorisme et d’apologie de terrorisme.

Insatisfait de la décision rendue en première instance, le parquet avait interjeté appel. La Chambre criminelle d’appel a confirmé la décision prise en première instance. Devant la barre, l’étudiant avait regretté l’acte qui lui a valu une incarcération.

«J’étais choqué par les milliers d’enfants et femmes enceintes qui ont été massacrés par l’armée israélienne avec l’armée américaine. Je voulais juste condamner les images que j’avais vues. J’étais hors de moi. Je ne mesurais pas la gravité de mes actes. Je ne savais pas que cela aurait un impact sur mon avenir. J’ai passé quatre ans en prison. Pendant ce temps, certains de mes camarades faisaient leur master et tandis que d’autres avaient commencé à travailler », déclarait-il non sans soutenir qu’il avait perdu beaucoup de temps en prison et que sa préoccupation était d’obtenir des diplômes et de participer au développement du pays.

Le jeune originaire de Mbour est poursuivi pour apologie au terrorisme, acte de terrorisme et menace de terrorisme contre les ambassades des Etats-Unis et d’Israël. Il avait posté un message hostile à travers sa page Facebook.