NETTALI.COM – Le prisme déformant de ses détracteurs cherche à faire passer Abdoul Mbaye pour « un toubab » à cause de son phrasé à l’occidentale, mais ce dernier, sur la question de l’emploi des jeunes, se fait apôtre du nationalisme. Le leader de Act démolit le Train express régional, qui aura englouti beaucoup de milliards, dans le cadre d’une économie extravertie, qui profite davantage aux entreprises étrangères. De l’avis de l’ex-Pm, il faut militer pour une approche keynésienne, avec de grands travaux qui servent la cause du privé national. Aussi, préconise-t-il l’amélioration du sort de l’artisanat. 

 

Iftaar reçoit ce soir, Abdoul Mbaye, ancien Premier ministre et leader du parti ACT. A l’entame de cette émission ramadanesque qui est toujours en cours, M. Mbaye est revenu sur la lancinante question de l’emploi des jeunes. C’est ainsi qu’il a décoché des flèches acerbes en direction de Macky Sall, à la veille du conseil présidentiel sur la question.

De l’avis de l’ancien Premier ministre, « pour créer le maximum d’emplois, il faut stratégie de développement claire ». Etayant ses propos, il explique : « On peut avoir une stratégie basée sur les grand projets comme le TER. Mais là, le hic est que la technologie utilisée fait appel à de grosses dépenses qui vont engloutir le budget. La technologie utilisée avec ce TER n’est appliqué qu’à deux lignes de chemins de fer en France. On en n’a pas besoin. Si vous achetez le TER, vous ne faites qu’enrichir des entreprises françaises. Mais si l’on met en avant l’intérêt supérieur de la Nation, pour améliorer le sort du privé national, en ce moment, on va créer de nombreux emplois », déclare l’invité d’iTv.

Pour Abdoul Mbaye, On devait focaliser les actions sur l’artisanat depuis longtemps. « Quand j’ai entendu le chef de l’Etat en conseil des ministres parler de booster l’artisanat, je m’en suis félicité, car depuis le 30 septembre 2018, notre parti a indiqué le chemin, pour préconiser qu’on améliore le sort d’artisanat. L’artisanat est le premier employeur de France. C’est la voie du Salut. Vous ne pouvez me citez me citer un pays au monde qui a connu l’émergence sans le développement de l’artisanat. Quand un costume vient de la France, vous travaillez pour les Français », renchérit l’ex-Pm.

A la question de savoir pourquoi quand il fut chef du gouvernement, il n’a pas mis en œuvre ce qu’il préconise aujourd’hui, Abdoul Mbaye de répondre : « Quand je faisais mon discours de politique générale, je n’ai jamais parlé de 500 000 mile emplois. Je n’étais que Premier ministre et je ne définissais pas la politique de la Nation. Maintenant, je suis porteur d’un programme ».

Sur ce registre toujours, il a rappelé qu’à l’époque, s’il avait été tenu un conseil présidentiel sur la lutte contre les inondations, « c’est parce que cela pouvait générer beaucoup d’emplois ». « C’est une politique keynésienne d’investissements, de grand travaux », précise Abdoul Mbaye, qui cite aussi l’agriculture comme vecteur d’emplois et associe à cet élan le programme de construction de logements sociaux.

A cet égard, se remémore-t-il : « Aussi bien pour le Plan décennal de lutte contre les inondations que pour la construction de logements sociaux, je demandais souvent à chaque entreprise combien de Sénégalais elle peut employer ».