NETTALI.COM – Convaincre et rassurer le peuple sénégalais, voilà ce que le sélectionneur national, Aliou Cissé n’arrive pas à faire depuis sa nomination sur le banc des Lions en mars 2015. Six longues années que le successeur d’Alain Giresse cafouille, tâtonne et se perd parfois dans ses idées.

Aliou Cissé est-il un technicien limité ? En tous cas, il peine encore à satisfaire certains observateurs. Et les deux dernières journées des éliminatoires de la Can Cameroun 2022 ne l’ont pas aidé dans cette tâche. Au contraire, les matchs contre le Congo Brazzaville et l’Eswatini l’ont davantage enfoncé.

La qualification en poche, l’alibi de Cissé

Face au Congo Brazzaville vendredi comme face à l’Eswatini, Aliou Cissé a rangé ses systèmes classiques à savoir le 4-4-2 et le 4-3-3 pour essayer un 3-5-2 ennuyeux. Un système expérimental et inédit qui a montré ses limites. Même aligné deux fois en 2018 (en amical contre la Bosnie et l’Ouzbékistan), ce fameux système a encore donné des cheveux blancs au technicien de 45 ans. Mais en dépit des vives critiques, Aliou Cissé se défend tant bien que mal.

On était déjà qualifiés. Donc, c’était important de changer notre système habituel et d’essayer le 3-5-2. Effectivement, les résultats des deux matchs ne nous ont pas satisfaits, sur le plan comptable “, a reconnu Cissé en conférence de presse.

Des matchs nuls décevants sur le plan comptable mais qui risquent aussi de saper le moral de la Tanière. Car il fallait gagner pour boucler en beauté. Hélas, c’est la déception qui s’installe.

L’aveu d’échec

Le match nul contre le Congo, vendredi dernier, avait déjà provoqué l’agacement des férus de l’équipe nationale du Sénégal. Et ce nul arraché au bout du temps additionnel qui a les allures d’une défaite, a donné une tournure chaotique à ces éliminatoires. ” Forcément on a des regrets parce que ce n’était pas le plan. Le plan, c’était de prendre les six points, on n’a pas réussi à le faire. Oui, honnêtement, il y a des regrets“, s’est désolé l’entraîneur aux dreadlocks.

Pourtant cette ultime journée était largement à la portée des vice-champions d’Afrique mais Aliou Cissé s’est coincé dans son 3-5-2 et s’est même, à un moment donné du match, perdu dans ses calculs. Il a opéré à des changements à tout-va. Allant même jusqu’à créer un pêle-mêle à son insu. Il fallait être un magicien pour savoir quel joueur jouait tel ou tel autre rôle.

La déception de Sadio Mané

Ça été un match très compliqué. Cela prouve que dans la vie, il fait essayer de toujours bosser avec du sérieux, je pense que c’est ce que l’Eswatini a fait aujourd’hui. Ils nous ont tenu en échec, mais ces choses peuvent parfois arriver dans le football. Maintenant, il faut se remobiliser et mettre tous les atouts de notre coté pour pouvoir remporter ces genres de match pour continuer notre progression. Il ne faillait pas perdre aujourd’hui avec tout le respect que j’ai pour l’Eswatini. Surtout à domicile, si tu perds ces genres de matchs, il faut se poser la question. Heureusement nous n’avons pas perdu “, a laissé entendre l’attaquant de Liverpool.

Nous sommes le Sénégal et on va essayer de poursuivre la progression. Cependant, il faut reconnaitre qu’il y a des choses à régler dans cette équipe. Nous espérons que le coach et son staff le feront de la meilleure des manières pour pouvoir entamer la qualification de la Coupe du Monde, se qualifier et aller chercher la CAN qui nous reste“, dit-il.

Cissé, incapable de renverser un score

Concéder l’ouverture, voilà une chose que n’aime pas Aliou Cissé. Cette situation ne lui sourit pas souvent pour ne pas dire jamais. En réalité, le Sénégal sous l’ère Cissé, ne gagne pas après avoir concédé l’ouverture du score. Avec plus de 50 matchs depuis qu’il a pris les rênes de l’équipe nationale, l’ancien joueur du Psg a renversé une seule rencontre. C’était en 2019, contre le Mali en amical. Sorti du banc, Sadio Mané avait égalisé avant de délivrer la passe décisive du but de la victoire (2-1). A part ça c’est le vide total. Soit le Sénégal perd le match, soit au meilleur des cas, les Lions arrachent le point du nul.
L’Algérie a, à trois reprises battu le Sénégal par 1-0. Face à la Colombie, en coupe du monde, le Sénégal était incapable de revenir au score après le coup de casque de Yeri Mina. Et ce mardi, le but matinal de l’Eswatini a été rattrapé…à la 96ème. Miracle!

Le bloc bas, l’autre casse-tête de Cissé

S’il y’a bien une chose qui ne réussi pas également à Aliou Cissé depuis sa nomination en 2015, c’est bien le bloc bas. En effet, le sélectionneur des Lions n’a jamais battu un adversaire qui joue le dos rond. Le Cameroun, en quarts de finale de la Can, Madagascar en éliminatoires (2-2), le Burkina Faso (0-0 et 2-2), l’Algerie en finale et l’Eswatini (1-1), ont tous tenu tête à Aliou Cissé qui n’a jamais réussi à résoudre l’équation du bloc bas. Inquiétant pour une équipe nationale qui a un effectif aussi fourni que le Sénégal.

Plus inquiétant encore, est que l’équipe nationale du Sénégal, pour la plupart du temps, gagne sans convaincre. Même si les résultats plaident en sa faveur, Aliou Cissé n’est pas adepte du beau jeu. D’ailleurs il ne s’en cache pas. ” Je préfère jouer comme l’Atlético Madrid et gagner que de jouer comme le Barça et perdre“, a-t-il, un jour lâché en conférence de presse.

Pour leur part, la fluidité du jeu et l’animation offensive, laissent à désirer.

Dès lors, l’on se demande si un technicien qui traîne toutes ces carences, peut offrir au Sénégal sa première étoile continentale ? Ce qui est sûr et certain, est que l’inquiétude persiste depuis…6 ans.