NETTALI.COM- ” Point de développement sans aménagement du territoire “. L’assertion est de Mamadou Djigo, Directeur général de l’Agence nationale d’aménagement du territoire (Anat), invité à l’émission ” Jury du dimanche”.

Selon Mamadou Djigo, “aujourd’hui, l’aménagement du territoire a bifurqué vers l’économie“. C’est pourquoi le Directeur général de l’Anat estime qu’il n’y a ” point de développement sans aménagement du territoire” et que tous les pays développés ont un plan d’aménagement du territoire”. il a cité l’exemple de la Mauritanie dont, renseigne-t-il, ” le plan avait comme stratégie de couper toutes les lignes économiques avec le Sénégal qui est un pays « concurrent ». Le développement était centré sur Nouakchott.

Toutefois, il a relevé que “l’équité y est très essentielle puisque la fonction première de l’aménagement du territoire, c’était de faire en sorte que le territoire soit sécurisé. Et l’équité territoriale fait partie des éléments fondamentaux pour qu’il y ait de la sécurité au niveau des territoires

Contre l’idée selon laquelle il n’y a jamais eu de plan d’aménagement du territoire au Sénégal, M. Djgo rappelle qu’après les indépendances, notre pays avait tenté d’en élaborer. ” L’élaboration de cet outil avait duré 20 ans. Beaucoup d’efforts ont été faits et il a été validée en 1997“, renseigne le DG avant d’ajouter : ” malheureusement ce plan, qui était bon, a eu un défaut de mise en œuvre. C’est ce qui a fait qu’aujourd’hui, nous avons un déséquilibre entre la grange côtière ouest et le reste du pays. Il y a également énormément de Sénégalais qui habitent dans des zones à risques. Nous avons également l’exode rural“.

Toutefois, il se réjouit aujourd’hui, que le Sénégal dispose d’un nouveau plan d’aménagement de développement territorial qui est excellement bien fait. Et après avoir fait la genèse de l’élaboration du nouveau plan, M. Djigo a relevé que celui-ci a pour objectif de développer le Sénégal à partir de ses territoires par une bonne structuration de l’espace. “Ce, précise-t-il, en désenclavant totalement le pays, en mettant en place des infrastructures adaptées avec une répartition spatiale des équipements de façon intelligente afin qu’on ait un plan qui réponde aux besoins des Sénégalais d’aujourd’hui et de demain“.
Ce plan a comme objectif de développer le Sénégal à partir de ses territoires par une bonne structuration de l’espace et une valorisation intelligente de toutes les ressources territoriales. Il faut désenclaver le pays, il faut desservir toutes les grandes agglomérations. C’est la raison pour laquelle, dans le plan, il est défini une autre armature urbaine parce que celle que nous avons-nous l’avons héritée de la colonisation. Nous allons aérer Dakar, faire de telle sorte que Dakar soit une métropole internationale qui sera en compétition permanente avec les grandes capitales de ce monde. On n’hypertrophie pas Dakar. Si on tue Dakar aujourd’hui, si on lui enlève son économie, on lui enlève sa culture et autres, on risque d’aider ses concurrents directs“, explique le DG de l’Anat

 Et de conclure : ” compte tenu de la structure démographique que nous avons, nous allons continuer à avoir une population très jeune. Ainsi, il va falloir les accueillir en organisant l’existant“.