NETTALI.COM – Ousmane Sonko a annoncé qu’il répondra ce mercredi à la convocation du juge du 8e cabinet. Il suit ainsi les recommandations de son marabout, mais aussi les conseils de ses avocats. Il a fait une déclaration dans la soirée. Morceaux choisis : 

“Nous ne croyons pas en cette justice, mais…”

«Nous ne croyons pas en cette justice, mais nous croyons en certains magistrats. Il y a des magistrats qui font correctement leur travail. Mais il est évident que quand un tenant du pouvoir entreprend un complot de cette nature, il s’assure de placer sur toute la chaine judiciaire des gens capables de faire le sale boulot quelle que soit la qualité de votre dossier.»

“Je remercie la population”

«Cette posture nous a permis de gagner la première manche. Parce que n’eût été votre engagement, votre détermination, votre mouvement spontané de ce jour, je n’aurai jamais eu la latitude et le temps qu’il fallait pour communiquer avec les sénégalais et démonter le complot. Je vous remercie cela.»

“Je n’ai cessé de communiquer avec mes avocats”

“Depuis trois jours j’ai écouté tout le monde . Je n’ai cessé de communiquer, d’écouter les gens. Tous les segments de la société ont eu à m’interpeller. Nous avons tenu deux longues réunions ici avec mes avocats. La position de ces avocats c’est de dire : nous avons un bon dossier de viol qui sera facilement démontable devant toute juridiction (…)»

“Les députés de l’opposition déposeront un recours dès demain”

«Les députés déposeront un recours dès demain. Ils ont déjà préparé le texte et ont eu les signataires qu’il faut. Mais nous continuerons à nous battre contre ces vices et tous les recours qui devront être faits au niveau national comme international seront faits par les avocats.»

“Si je ne déférais pas à la convocation…”

“Quand on a un dossier comme ça, il ne faut pas permette à l’adversaire de créer un dossier dans le dossier. C’est cela qui est recherché. Si je ne déférais pas à la convocation, la conséquence c’est un mandat d’amener, l’armée qui sera envoyée ici peut trouver une résistance même si moi je ne résiste pas.»

“L’objectif visé par mes adversaire est…”

 «Aujourd’hui les sénégalais se sont appropriés cela. Je n’ai pas appelé pour que les gens sortent le 8 février, mais ils sont sortis spontanément. Même en l’absence de résistance ils vont la fomenter ils pourront sortir un autre délit de rébellion. Et ça c’est un jugement direct en flagrant délit. Une condamnation à 6 mois et le casier judiciaire est complètement sali. Et c’est l’objectif recherché et dans notre stratégie il serait bon de ne pas leur offrir cette opportunité.»

“Dans le dossier du 1e cabinet aussi, on a visé X”

«A  la suite des manifestations du 8 février, il y a eu 23 jeunes interpellés. Et le motif qu’on leur a collé, c’est entre autres : appel à l’insurrection. Ils ont mis 23 personnes et X. Et depuis lors, les avocats font le pied de grue pour que ces jeunes soient entendus, le juge du premier cabinet refuse parce qu’il attend que la procédure qui attend Ousmane Sonko soit déclenchée pour qu’ensuite ils disent que X devient Ousmane Sonko et en ce moment ce dossier de viol qui est vide sera remplacé par un dossier d’appel à l’insurrection.»

“Merci pour les soutiens”

 «A part les avocats, les autorités religieuses, j’ai reçu toutes sortes de délégations ici. La dernière en date c’est celle conduite par Mame Makhtar de Jamra, l’abbé Jacques Seck et beaucoup d’autres religieux. J’ai reçu des interpellations, des gens qui ont été envoyés par des religieux qui ont tous  fait la même demande, non pas seulement l’apaisement, puisque  l’apaisement ne dépend pas de nous, il dépend de Macky Sall et de ses comploteurs, ils se sont souciés de mon intégrité physique  et moral. Ce qui les a amenés à exprimer leur demande. Les partis politique, la société civile et un nombre incalculable de citoyens de tous bords  m’ont interpellé depuis 3 jours.  Notre propre famille et notre parti politique, a ouvert de larges concertations (…)»

“Demain, j’irai répondre au juge…”

«Et c’est l’ensemble de ces recommandations qui nous ont permis d’aboutir la décision : j’annonce, que demain, à l’heure convenue dans la convocation, nous irons répondre, écouter le juge du premier cabinet. Mais, cela ne veut pas dire capitulation. J’appelle tout le monde à rester mobilisés. Car nous n’accepterons aucune injustice, aucune forfaiture par rapport à la gestion de ce dossier.»