NETTALI.COM – Le ministre de la Justice, Me Malick Sall, a adressé une correspondance au président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niass, pour la levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko. Ses avocats exigent aux parlementaires un certain nombre de préalables.

Mes Khoureychi Bâ, Bamba Cissé et Cie ont adressé ce mercredi une correspondance pour demander à Moustapha Niasse, de bien vouloir requérir du Juge d’instruction du 8ème cabinet (à qui le dossier a été confié) et au Procureur de la République (le maître des poursuites), de s’acquitter de quelques préalables.

Les avocats invitent Niasse à demander aux magistrats de lui produire «le seul rapport médical existant, produit moins de 24heures après les faits supposés de viol».

Puis, de leur présenter «des déclarations des témoins et de l’accusatrice»  ainsi que la déposition «d’un des témoins ayant nommément cité une personnalité membre du Groupe Benno Bokk Yakaar, majoritaire dans votre Assemblée chargé d’examiner la question immunitaire d’un député opposant à ce groupe».

Ils demandent aussi à Moustapha Niasse de demander aux deux magistrats de lui fournir «le réquisitoire introductif du Parquet (document par lequel le juge du 8e cabinet a été saisi), lequel constitue un acte de poursuite initié avant même que l’immunité ne soit levée, en violation de la loi.»

«De tels éléments vous détermineront, sans aucun doute, sur la levée de l’immunité parlementaire de l’honorable député Ousmane SONKO », croient savoir les avocats.