NETTALI.COM – Dès qu’elle a été saisie par le ministre de la Justice sur le différend entre les magistrats de la Cour d’appel de Kaolack, l’Inspection générale de l’administration de la justice (Igaj) a commencé ses travaux. Le Premier président Ousmane Kane a été entendu ce lundi. Ce sera au tour de Amadou Yaya Dia de faire face aux enquêteurs de cette juridiction.

Cheikh Tidiane Lam, chef de l’Igaj, et ses éléments ont commencé les auditions dans cette affaire d’accusations mutuelles entre magistrats. Selon nos informations, c’est le Procureur général près la Cour d’appel de Kaolack, Alpha Ousseyni Dial, qui a été le premier à faire face aux enquêteurs de l’Igaj. Le procureur général a eu à intervenir par moments pour arbitrer ce différend. Après le Procureur général près la Cour d’appel de Kaolack, le magistrat Ousmane Guèye, conseiller à la même juridiction, été auditionné. C’est après ces deux magistrats que le Premier président près la Cour d’appel de Kaolack et auteur de la plainte a été entendu.

Selon nos informations, Ousmane Kane est revenu devant les magistrats de l’Inspection générale de l’administration de la justice (Igaj) sur son différend avec Amadou Yaya Dia qui serait né d’une «faute technique» qu’aurait commise le juge Amadou Yaya Dia et qui aurait refusé de la rectifier, même quand son supérieur le lui a demandé. C’était le délibéré d’une affaire civile de liquidation d’astreinte. Depuis, la relation s’est effritée, avant d’envenimer ces dernières semaines, à la suite d’une demande d’explications servie au juge Amadou Yaya Dia par le Premier président de la Cour d’Appel, pour absence sans autorisation et refus de rendre les clés de son bureau. Ousmane Kane a demandé que cette affaire qui lui a causé beaucoup de tort soit définitivement réglée par l’Igaj.

Les auditions vont se poursuivre ce mardi.

L’Inspection générale de l’administration de la justice (Igaj) va entendre Amadou Yaya Dia pour qu’il prouve ses accusations. Et va terminer ses auditions par la déposition du Président de chambre, Souleymane Sy.

Amadou Yaya Dia risque gros au cas où il n’apporterait pas les preuves de ses accusations. Il pourrait être traduit, à la suite de cette enquête de l’Igaj, devant le Conseil de discipline et pourrait même écoper d’une sanction qui peut aller jusqu’à la radiation.