NETTALI.COM- L’affectation du président du tribunal de Podor à Thiès est loin d’être objective aux yeux de l’Union des magistrats sénégalais (UMS) qui flaire des représailles. Cela, après le placement sous mandat de dépôt d’un dignitaire religieux. 

Selon Libération, l’Union des magistrats du Sénégal informe ses membres que le président du tribunal de Podor, Ngor Diop, a été affecté à Thiès comme conseiller en guise de représailles après avoir placé sous mandat de dépôt un dignitaire religieux quelques semaines auparavant.

A en croire l’UMS, la lettre et l’esprit de l’article 6 de la loi 2017-11 portant organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature n’autorisent le recours à une telle procédure que pour des cas d’urgence avérée et relativement à des fonctions qui ne sont pas des postes de responsabilité.

Par conséquent, estiment Souleymane Téliko et ses collègues, l’affectation du magistrat Ngor Diop n’aurait jamais dû intervenir par cette voie. Par ailleurs, aux termes de l’article 6 du statut des magistrats, « en dehors des sanctions disciplinaires du premier degré, ils ne peuvent recevoir une affectation nouvelle, même par voie d’avancement, sans leur consentement préalable, sous réserve des dispositions des articles 90 et suivants de la présente loi organique. Toutefois, lorsque les nécessités du service l’exigent, les magistrats du siège peuvent être provisoirement déplacés par l’autorité de nomination, après avis conforme et motivé du Conseil supérieur de la magistrature spécifiant lesdites nécessités de service ainsi que la durée du déplacement ».