NETTALI.COM-Le collège des délégués du personnel de la société AIBD Assistance Services S.A, en abrégé « 2AS », ne veut plus  Askin Démir à la tête de cette société d’assistance en escale. Il entend dès le mois de juillet prochain, déposer un préavis.  

Les délégués du personnel de la société AIBD Assistance Services S.A, en abrégé « 2AS », ne sont pas contents de la gestion de leur directeur général. Dans une déclaration rendue publique, ils reprochent à Askin Démir plusieurs griefs dont « des manquements relatifs à la procédure d’adoption du chômage technique, avec une notification à l’inspection régionale du travail le 30 mai 2020 pour une application au 1er du même mois ».

Askin Demir est également accusé de « violation de l’ordonnance relative au maintien de tous les emplois par l’arrêt des contrats CDD arrivés à terme durant la crise Covid19 », mais aussi du « non-respect des acquis tel que le Bon Ramadan sans motivation valable ». L’autre grief porte sur « la non régularisation catégorielle du personnel en mars 2020 conformément au procès-verbal de conciliation signé à l’inspection du travail ».

Les délégués reprochent aussi au Dg « son mépris » consistant à poser des actes à l’encontre du dialogue social, caractérisé par le rejet de toutes les propositions issues des rencontres entre les partenaires sociaux et la direction des ressources humaines.

Outre « l’absence d’un projet de développement de 2AS à moyen terme », le collège des délégués déplore « le retard dans l’investissement du matériel de servitude conformément au procès-verbal de conciliation », ainsi que « le non reversement des frais médicaux à l’IPMTA d’un montant de plus de 110 millions ».

C’est, au regard de ces griefs  que les délégués interpellent les actionnaires et les administrateurs de la société pour révoquer le Directeur Général de 2AS, qui, selon eux, « a fini de montrer son incompétence managériale ».

D’après eux, Askin Demir « ne respecte nullement la partie sénégalaise dans la prise de décision et les orientations stratégiques de cette entreprise qui a tout pour réussir avec à sa tête un manager compétent ».

Les délégués estiment certes que « ses compétences opérationnelles sont avérées » mais, sa gestion des hommes et de l’entreprise vont les conduire inéluctablement vers des lendemains incertains. « Le maintien de Mr Démir à la tête de cette entreprise sera le déclic de perturbations sociales au moment où toutes les entreprises qui se respectent se préparent pour la relance », avertit le collège des délégués.

Aussi, les délégués déclarent-ils être décidés de faire respecter la voix du Sénégal dans ce partenariat inéquitable. A cet effet, ils estiment que le Dg ne peut pas privilégier la dette due à LAS au détriment de ses vaillants travailleurs.

Selon eux, « la non satisfaction de cette demande sociale à savoir le départ de Askin Demir n’est point négociable et fera l’objet d’un dépôt de préavis dès le mois de Juillet 2020 ».