NETTALI.COM – Déclenchée depuis des semaines, la polémique artificielle entre la Senelec et Akilée n’a pas encore connu son épilogue. Et depuis lors, le chef de l’Etat, Macky Sall ne s’est pas encore prononcé sur cette affaire. Un silence étonnant pour le journaliste Momar Diongue qui se dit inquiet.

Ce qui est inadmissible, c’est que ça fait désordre dans une république qu’un directeur général s’attaque de façon aussi outrancière à son ministre de tutelle sans que personne ne l’interpelle. Ça c’est très surprenant et très étonnant“, a d’abord regretté Momar Diongue à l’émission Remue-ménage de ce dimanche 31 mai.

Pour l’analyste politique, le silence observé par le président Sall depuis que cette polémique à éclatée n’est pas la meilleure des postures. Au contraire, dit-il, le chef de l’Etat doit trancher.

Et le président Macky Sall ne devrait pas laisser une telle situation prospérer. Parce que lui, il doit pouvoir s’inspirer des jurisprudences qu’il y a eues sous le régime de Wade (exemple affaire Madické Niang-Samuel Sarr, Aminata Tall-Macky Sall). Pourquoi le président ne tranche pas? Amener les gens à penser s’il n’est pas derrière tout ça ou bien s’il est celui qui tire les ficelles? C’est ça qui inquiète. En tout cas, ça doit cesser“, fait-il savoir.

Au delà du silence de Macky Sall, Momar Diongue se dit également être surpris par l’attitude du directeur général de la Senelec, Papa Mademba Bitèye. A en croire le journaliste et analyste politique, il y’a anguilles sous roche.

Je dois marquer ma surprise par rapport à la nouvelle posture du directeur général de la Senelec. Le contrat Akilée a été négocié et discuté en interne au niveau de la Senelec pendant deux longues années. Et il y a eus des mémos qui ont été faits à l’attention du directeur général pour voir si le système d’informations proposé par Akilée répondait aux besoins de la Senelec et s’il était avantageux pour la Senelec. Ceux qui avaient fait ce travail à l’époque comme Moussa Dièye, aujourd’hui secrétaire général et qui dénonce, disaient que le contrat était nickel. C’est à la suite de tous ces mémos qu’il y a eu une convocation du conseil d’administration pour acter l’entrée de la Senelec dans le capital et pour signature du contrat avec Akilée. A l’époque, l’actuel directeur général, Bitèye était administrateur et il n’a jamais pipé mot sur ce contrat. Mieux, quand quand il a pris fonction en remplacement de Mamadou Makhtar Cissé, il a était invité par Mamadou Ibra Kane, il disait qu’il n’y avait pas de problème. Alors, depuis lors pourquoi ce qui était blanc devient noir?”, s’interroge l’invité de Remue-menage.

On le soupçonne de vouloir rompre l’exclusivité accordée à Akilée pour la livraison de compteurs intelligents au profit de Powercom, une entreprise israélienne. Ce qui m’étonne dans cette affaire, c’est que combien de Sénégalais se sont levés pour dire qu’il est anormal que l’expertise d’une entreprise internationale étrangère soit toujours priorisée au Sénégal et qu’une fois qu’on a donné un marché à des Sénégalais bon teint, on trouve à redire. Ensuite, on aime porter en épingle les 187 milliards dont va bénéficier Akilée mais on ne met pas en relief les 500 milliards dont la Senelec va bénéficier“, remarque-t-il.