NETTALI.COM – Candidat à sa réélection en mai, le président de la Banque africaine de développement (BAD), le Nigérian Akinwumi Adesina, fait l’objet d’accusations embarrassantes par des “lanceurs d’alerte”, selon un document reçu lundi par l’AFP, initialement dévoilé par Le Monde.

“Comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel, obstacle à l’efficacité, favoritisme, (activités) affectant la confiance dans l’intégrité de la banque et engagement dans des activités politiques” : c’est un véritable réquisitoire que dressent contre leur président, dans ce document d’une quinzaine de pages, ces “lanceurs d’alerte” anonymes se présentant comme des “employés préoccupés de la BAD”, première institution de financement du développement en Afrique, basée à Abidjan.

Dans un communiqué publié lundi à la suite de l’article publié dans le Monde, M. Adesina, 60 ans, a réfuté en bloc ces accusations, qu’il qualifie d'”allégations fallacieuses et sans fondement”. Il a également indiqué que des enquêtes internes étaient en cours.

Elu en 2015 pour un mandat de cinq ans, M. Adesina, ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria, apparaissait jusqu’à présent sans rival pour obtenir un deuxième mandat, après avoir reçu le soutien de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Candidat à sa réélection en mai, le président de la Banque africaine de développement (BAD), le Nigérian Akinwumi Adesina, fait l’objet d’accusations embarrassantes par des “lanceurs d’alerte”, selon un document reçu lundi par l’AFP, initialement dévoilé par Le Monde.

“Comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel, obstacle à l’efficacité, favoritisme, (activités) affectant la confiance dans l’intégrité de la banque et engagement dans des activités politiques” : c’est un véritable réquisitoire que dressent contre leur président, dans ce document d’une quinzaine de pages, ces “lanceurs d’alerte” anonymes se présentant comme des “employés préoccupés de la BAD”, première institution de financement du développement en Afrique, basée à Abidjan.

Dans un communiqué publié lundi à la suite de l’article publié dans le Monde, M. Adesina, 60 ans, a réfuté en bloc ces accusations, qu’il qualifie d'”allégations fallacieuses et sans fondement”. Il a également indiqué que des enquêtes internes étaient en cours.

Elu en 2015 pour un mandat de cinq ans, M. Adesina, ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria, apparaissait jusqu’à présent sans rival pour obtenir un deuxième mandat, après avoir reçu le soutien de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

“Le Comité d’éthique du Conseil d’administration mène actuellement son action dans le cadre de ses systèmes d’enquête interne. Laissons le Comité achever son enquête et ses travaux sans interférence de quiconque ni de quelque média que ce soit”, ajoute-t-il.

La BAD, une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde, avait réalisé en octobre 2019 une augmentation de capital géante de 115 milliards de dollars, considérée comme un succès personnel pour son président.

La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains, 26 pays non africains, d’Europe, d’Amérique et d’Asie).

  1. Adesina est le premier Nigérian à présider la BAD, dont le premier actionnaire est le Nigeria avec 9%. Des remous suivis de nombreux départs de cadres, se plaignant de son “autoritarisme”, avaient agité la Banque après son arrivée.

Interrogé par AFP, la BAD n’a pas précisé si le processus de nomination était retardé en raison de l’épidémie de coronavirus.

Avec Afp