NETTALI.COM – Au Togo, Faure Gnassingbé a donc été réélu pour un quatrième mandat. Le président a obtenu 72,36 % des voix, selon les résultats proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Un score qui le place très loin devant le candidat de l’opposition Agbéyomé Kodjo, qui dénonce des fraudes et revendique lui aussi la victoire.

Le chef de l’Etat sortant l’emporte dès le premier tour, ayant obtenu la majorité absolue, selon les chiffres officiels. Son principal rival, Agbéyomé Kodjo, obtient lui seulement 18,37 %, tandis que le troisième candidat, Jean-Pierre Fabre, récolte 4,35 % des voix. Sept candidats au total étaient en lice, les trois derniers ayant fait des scores insignifiants.

Le ministre de la Fonction publique Gilbert Bawara, qui est aussi l’un des premiers soutiens du chef de l’Etat, a évoqué “un score inédit” pour le candidat du parti au pouvoir, Union pour la République (Unir). Il avait été élu avec un peu plus de 58 % des voix il y a cinq ans. “Nous constatons aujourd’hui que Faure Gnassingbé a opéré une grande percée dans des localités autrefois difficiles et que dans le reste des autres localités de notre pays c’est un véritable plébiscite”, a affirmé Gilbert Barawa à la presse après l’annonce des résultats.

Agbéyomé Kodjo revendique la victoire

Le taux de participation est de 76,63 %, là aussi bien plus élevé qu’en 2015 (60,99 %). C’est la première fois que des résultats sont annoncés aussi rapidement au Togo, à peine plus de 24 heures après le scrutin présidentiel qui s’est déroulé samedi dans le calme. Faure Gnassingbé, arrivé au pouvoir en 2005 après le décès de son père, le général Gnassigbé Eyadéma, qui avait lui-même dirigé le Togo pendant 38 ans, a été réélu depuis lors de scrutins très contestés par l’opposition.

Quelques heures avant l’annonce des résultats officiels, l’outsider de l’opposition Agbéyomé Kodjo, ancien Premier ministre et président de l’Assemblée nationale, s’était quant à lui auto-proclamé “président démocratiquement élu”. “Au regard des résultats que nous avons compilés à travers les procès verbaux en notre disposition notre candidat a gagné l’élection présidentielle (…) au premier tour avec un score oscillant entre 57 et 61 %”, a-t-il déclaré à la presse depuis son domicile à Lomé.

“Je suis le président démocratiquement élu, et je m’engage à former un gouvernement inclusif dans les prochains jours”, a-t-il ajouté, invitant le président sortant à “un sursaut patriotique pour un transfert pacifique du pouvoir”. Agbéyomé Kodjo avait dès samedi soir dénoncé de “nombreuses fraudes” ayant émaillé le scrutin, assurant que le vote avait été “un véritable tsunami” en sa faveur.

Avec lepoint.fr