NETTALI.COM – Le président du Paris Saint-Germain, Nasser Al-Khelaïfi, est inculpé par la justice suisse, en compagnie de Jérôme Valcke, ancien numéro 2 de la FIFA, pour corruption.Cela, suite à l’attribution des droits TV des Coupes du Monde 2026 et 2030.

Sale temps pour Nasser Al-Khelaïfi. Le président du Paris Saint-Germain a vécu une nouvelle désillusion en Ligue des Champions avec la défaite lors du match aller face au Borussia Dortmund. Mais c’est une menace bien plus grave qu’une nouvelle élimination en huitième de finale qui plane au-dessus de sa tête. La justice suisse a en effet décidé d’inculper Al-Khelaïfi pour corruption suite à ses investigations concernant l’attribution des droits médias de plusieurs tournois dont la Coupe du Monde.

Rappelez-vous, en décembre dernier, Nasser Al-Khelaïfi avait été entendu par la justice suisse, en compagnie de l’ancien numéro 2 de la FIFA Jérôme Valcke, accusé d’avoir touché des pots-de-vin. Le président parisien était notamment soupçonné d’avoir offert des ” avantages indus ” à Valcke, comme l’usage gratuit d’une luxueuse villa en Sardaigne.
L’enquête avait été ouverte en 2017, après que beIN Sports, dont Nasser Al-Khelaïfi est également le patron, a obtenu les droits de diffusion pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord des Coupes du Monde 2026 et 2030, contre un chèque de 480 M€.

Voici le communiqué délivré par le Bureau du Procureur général de la Suisse (OAG) :

” Le Bureau du Procureur général de la Suisse (OAG) a déposé un acte d’accusation contre l’ancien Secrétaire général de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Jerôme Valcke, président du BeIN Media Group, Nasser Al -Khelaifi, et un homme d’affaires dans le secteur des droits sportifs dans le cadre de l’attribution des droits médias à divers tournois de Coupe du Monde et de la Coupe des Confédérations de la FIFA.

Le BVG a accusé Valcke d’avoir accepté des pots-de-vin (art. 4a, al. 1, en liaison avec l’ancien art. 23 de la loi fédérale sur la concurrence déloyale), plusieurs chefs d’accusation de mauvaise gestion criminelle aggravée (art. 158 n o 1, par. 3 Code pénal suisse [CSC]) et falsification de documents (art. 251 CSC). Les faits allégués dans l’acte d’accusation ne sont plus qualifiés de fraude (art. 146 CSC). Al-Khelaifi et le troisième accusé sont accusés d’avoir incité Valcke à commettre une mauvaise gestion criminelle aggravée (art. 24 et art. 158, al. 1, CSC). Le troisième accusé est également accusé de corruption (art. 4a, al. 1 combiné avec l’ancien art. 23 UCA).

Infractions alléguées

Les enquêtes ont révélé que Valcke avait reçu des avantages indus des deux coaccusés. Valcke a été remboursé de l’acompte d’environ 500 000 euros qu’il avait versé à un tiers lors de l’achat d’une villa en Sardaigne, après qu’Al-Khelaifi a acheté la villa par l’intermédiaire d’une entreprise au lieu de Valcke. Valcke a ensuite reçu d’Al-Khelaifi le droit exclusif d’utiliser la villa pour une période de 18 mois – jusqu’à ce qu’il soit suspendu par la FIFA – sans avoir à payer un loyer estimé entre environ 900 000 EUR et environ 1,8 million d’euros. Du troisième accusé, Valcke a reçu trois paiements totalisant environ 1,25 million d’euros à sa société Sportunited LLC.
L’accusation de mauvaise gestion criminelle tient au fait que Valcke n’a pas signalé les avantages mentionnés dont il a bénéficié à la FIFA, comme il était tenu de le faire en tant que secrétaire général, s’enrichissant ainsi illégalement. Dans ce contexte, Al-Khelaifi et le troisième accusé sont inculpés d’incitation correspondante.

En ce qui concerne la falsification de documents, Valcke est accusé d’avoir provoqué la publication de bilans mensongers pour Sportunited LLC en 2013 et 2014, en ce sens qu’il avait fait saisir les trois paiements du troisième accusé en tant que prêts.
Les accusations de paiement et d’acceptation de pots-de-vin sont fondées sur l’allégation selon laquelle entre 2013 et 2015 Valcke a exploité son poste de secrétaire général de la FIFA pour influencer l’attribution des droits médias pour l’Italie et la Grèce pour divers tournois de la Coupe du monde et de la Coupe des Confédérations de la FIFA dans la période entre 2018 et 2030 afin de privilégier les partenaires médias qu’il préfère. En retour, le troisième accusé a promis et a effectivement effectué les trois paiements susmentionnés à Valcke pour un montant total de 1,25 million d’euros.

D’un autre côté, le soupçon que Valcke a accepté une montre de luxe qu’Al-Khelaifi lui a offerte en retour pour avoir exercé son influence en tant que Secrétaire général de la FIFA n’a pas été confirmé. En conséquence, une ordonnance d’abandon de procédure concernant cette affaire a été rendue en février 2020 “.

(Source : Footmercato)