NETTALI.COM – Trente-six civils ont été tués, ce lundi 20 janvier 2020, lors d’une attaque contre des villages du nord du Burkina Faso. L’attaque terroriste a eu lieu dans la province du Sanmatenga, dans le nord du pays.

L’assaut s’est produit alors que le Parlement burkinabé vient d’adopter ce mardi une loi pour recruter des volontaires locaux afin de lutter contre les groupes djihadistes.

Le gouvernement burkinabé a appris avec consternation et indignation la mort de 36 Burkinabés dans la province du Sanmatenga, suite à une attaque terroriste “, a déclaré le ministre de la communication, Remis Fulgance Dandjinou, dans un communiqué.

Le lundi 20 janvier 2020, un groupe armé terroriste a fait irruption dans le marché de Nagraogo, y a abattu 32 de nos concitoyens, brûlé le marché et, dans son repli, (en) a abattu quatre autres au niveau du village d’Alamou. Cette attaque a également fait trois blessés” a ajouté le texte.

Face à ces “attaques répétées” contre les populations, le gouvernement a lancé un appel à une ” franche collaboration avec les forces de défense et de sécurité et au renforcement de la solidarité entre Burkinabés “.

Un deuil national décrété

Le président Roch Marc Christian Kaboré a décrété un deuil national de 48 heures allant du mercredi 22 janvier au jeudi 23 janvier […] Durant cette période, les drapeaux sont mis en berne sur tous les édifices publics. Les réjouissances populaires, les manifestations à caractère récréatif sont interdites.

Des centaines de personnes ont fui la zone pour se réfugier dans la ville de Kaya.
Située juste en dessous de la province du Soum (frontière malienne), la province de Sanmatenga est également très touchée par des attaques djihadistes.

Elle accueille de nombreux camps de réfugiés et déplacés internes.

Avec Le Monde