NETTALI.COM – La liste du tout nouveau Gouvernement de Macky II a été rendue publique ce dimanche. De 39 ministres, le Gouvernement comprend désormais 32 ministres et 3 Secrétaires d’Etat. D’anciens ministres ont été défénestrés tandis que de nouvelles têtes font leur entrée. Faisons connaissance avec ces dernières.

Ndèye Ticket Ndiaye : Un ingénieur à l’Economie numérique

Ingénieur en Technologie générale halieutique, Ndèye Ticket Ndiaye Diop est nommée ministre de l’Economie numérique. Ancienne secrétaire générale du ministère de la Pêche, elle occupait jusqu’ici, le poste de Directrice générale de l’Agence nationale des Affaires maritimes (Anam). Elle a ainsi fait ses preuves dans le secteur de la Pêche où elle a travaillé depuis plus de deux décennies. Ndèye Ticket Ndiaye Diop est en fait une tête bien faite et bien pleine.

Sur la scène politique, depuis quelques années avec l’avènement de Macky Sall au pouvoir, Ndèye Tické Ndiaye a vite fait de s’imposer comme femme leader dans la Cité du Rail. Femme de caractère, elle ne nourrit aucun complexe devant les hommes qu’elle manage sans peine. Elle est aussi très connue à Thiès pour ses multiples activités sociales en faveur des populations démunies, surtout celles de son quartier Cité Ousmane Ngom. Ndèye Ticket Ndiaye Diop s’est notamment illustrée à travers les financements qu’elle accorde aux femmes, les investissements humains pour rendre plus salubre sa ville, des appuis aux équipes de football, des actions de reboisements et des randonnées pédestres.

Lors de ces dernières législatives, elle a été désignée présidente de la commission des femmes de la coalition Benno bokk yakaar dans la commune de Thiès-ouest. Et lors de la Présidentielle 2019, elle a pris du galon en étant promue présidente des femmes de Bby.

En raison de sa proximité avec les populations, ses partisans voyaient déjà en elle une femme qui devait être promue ministre. Le Président Macky Sall a récompensé le travail acharné d’une dame au caractère bien trempé.

 

Cheikh Oumar Hann : Du Coud à l’Enseignement supérieur

 

Il n’est plus à présenter. Le Rapport Ofnac 2016 s’en est bien chargé. Le directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) était sous le feu des critiques de l’Ofnac qui l’accusait notamment d’entrave à l’exécution normale d’une mission de vérification. Il s’en est suivi une vague de contestations et ses détracteurs n’ont jamais caché leur envie de voir Cheikh Oumar Hann, responsable politique Apr à Podor, être limogé et même poursuivi. Mais Cheikh Oumar Hann qui a toujours clamé son innocence, a résisté à tout ça. Par la grâce de Macky Sall.

C’est d’ailleurs une consécration qui vient de lui être faite avec sa nomination, ce dimanche 7 Avril, à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Une nomination qui a aussi suscité de vives critiques, notamment sur les réseaux sociaux.

Le responsable Apr de Podor est Docteur ingénieur en Sciences physiques, option Génie des Procédés à l’Ensut de Dakar/Laboratoire des Membranes Échangeuses d’Ions Université Paris. Il a été un assistant-stagiaire à l’Ensut/Ucad et avant d’y devenir plus tard maître-assistant. Il a été tour à tour conseiller technique au cabinet du ministre des Mines, de l’industrie et de l’artisanat et Directeur général de l’Agence sénégalaise pour l’innovation technologique (Asit). En 2012, il est nommé ministre-conseiller du Président Abdoulaye Wade. Il a aussi été élu maire de Ndioum, lors des élections locales de 2014 avant d’être nommé par le président de la République, le 31 Juillet 2014, directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Né le 21 février 1961 à Thiès, marié et père de 4 enfants, Cheikh Oumar Hann siège désormais au Conseil des ministres.

 

Moussa Baldé : Un mathématicien au ministère de l’Agriculture

Le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural a désormais un nouveau patron. Pour accélérer la cadence dans le secteur de l’agriculture, le Président Macky Sall a décidé de miser sur le professeur Moussa Baldé qui remplace ainsi Pape Abdoulaye Seck à la tête de ce ministère.

Président du Conseil départemental de Kolda, Moussa Baldé était jusque-là, Directeur général de la Société de développement agricole et industriel du Sénégal (Sodagri). C’est un homme de sciences qui est désormais chargé de conduire les politiques agricoles du Sénégal. Ce, pour mettre en pratique la vision du chef de l’Etat visant à atteindre le plus vite possible, l’autosuffisance alimentaire au Sénégal.

En fait, Moussa Baldé est un mathématicien doublé d’une casquette politique. Docteur en Mathématiques appliquées, Pr Moussa Baldé dirige le Laboratoire de géométrie et applications de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Entré au Département de Mathématiques et informatique de l’Ucad en qualité d’assistant, Moussa Baldé est vite passé maître-assistant en 2001, puis maître de conférences en 2008. L’universitaire est aussi chercheur associé au Centre international de physique théorique (Ictp) d’Italie. Il est aussi membre du Centre international de mathématiques pures et appliquées (Cimpa).

Docteur Baldé évolue dans le développement industriel. Ce natif du Fouladou, membre de la Convergences des cadres républicains (Ccr), est aussi le coordonnateur du Réseau des universitaires républicains (Rur). Il est également président de l’Entente des Conseils départementaux de la Casamance, créée en novembre 2015 à Kolda. Moussa Baldé s’est fortement battu lors de la Présidentielle du 24 février 2019 pour contribuer à la réélection du Président Sall. Car, il était convaincu que «le Président Macky Sall est en train de sortir le Fouladou des ténèbres…»

Abdou Karim Sall : Un ex-ingénieur de la Sonatel pour l’environnement

L’homme est un fervent défenseur de la politique de son mentor, le Président Macky Sall. Responsable politique de l’Alliance pour la République (Apr) à Mbao, Abdou Karim Sall récolte les fruits de son militantisme. Le nouveau ministre de l’Environnement et du développement durable, est un fidèle lieutenant du Président Sall.

Précédemment, Abdou Karim, pour les intimes, a été porté à la tête de l’Autorité de régulation des télécommunications et postes (Artp), le 8 mai 2014. En terrain connu, cet ancien cadre de la Sonatel a effectué toute sa carrière dans le secteur des télécommunications. Après son baccalauréat au Lycée Maurice Delafosse de Dakar, il est allé poursuivre ses études en Tunisie entre 1987 et 1992, avant de revenir au bercail avec un ingéniorat en télécommunications pour intégrer la Sonatel en 1996.

Dans cette prestigieuse boite, il a occupé plusieurs postes de responsabilité : d’abord au Fonds de développement du service universel des télécommunications (Fdsut), puis au collège de l’Artp, et enfin comme Directeur général de l’Artp depuis 2014. Un des plus grands défenseurs des intérêts des consommateurs dans le domaine des télécoms, Abdou Karim Sall s’est battu pour l’achèvement de l’ambitieux projet du «Free roaming» en Afrique de l’ouest.

A 54 ans, il est nommé ministre de l’Environnement et du développement durable. De nouvelles charges et de nouveaux défis pour le natif d’Orkadiéré dans le département de Kanel.

 

Zahra Iyane Thiam : l’égérie de «Macky 2012» aux commandes de la Microfinance

Zahra Iyane Thiam était jusque-là conseillère du président de la République Macky Sall. Coordonnatrice de la plateforme des femmes «And Jeego» depuis maintenant 4 ans, elle a été élevée par le chef de l’État pour son engagement citoyen, son abnégation et son civisme au rang de Chevalier de l’Ordre national du Lion. Présidente de l’Uds/Innovation, majoritairement constituée de jeunes issus du mouvement associatif, Zahra Iyane Thiam est l’une des femmes chef de parti politique.

Elle s’est lancée dans l’arène politique à l’âge de 34 ans. Mariée et mère de deux enfants, Zahra Iyane Thiam a une expérience dans le milieu associatif. Elle a siégé au Conseil national de la jeunesse. La nouvelle ministre de la Microfinance et de l’économie sociale a fait ses études entre le Sénégal, l’Égypte et le Maroc. Zahra Iyane Thiam a également vécu aux États-Unis durant sept ans avant de revenir s’installer au Sénégal. Technicienne en Télécommunications et réseaux informatiques, elle était aussi membre de la coalition «Macky 2012». La désormais ex-ministre-conseillère du chef de l’État et responsable politique à la Sicap, Zahra Iyane Thiam, va désormais siéger à la traditionnelle réunion hebdomadaire du Conseil des ministres.

Mamadou Saliou Sow : Un juriste pour faire la promotion des droits humains

Mamadou Saliou Sow est le Secrétaire d’Etat auprès du Grade des Sceaux, chargé de la Promotion des droits humains et de la bonne gouvernance. Responsable des cadres de l’Alliance pour la République (Apr) de Kédougou, «Bébé Sow» pour les proches, est un militant de la première heure du parti au pouvoir. L’homme est un soldat assumé du Macky. Un fidèle parmi les fidèles compagnons du chef de gondole de l’Apr. De la traversée du désert jusqu’à la conquête, Mamadou Saliou Sow n’a jamais quitté la barque beige-marron.

Dernièrement, l’apériste a été reçu en audience par le président de la République. Un tête-à-tête qui n’a pas suinté, mais qui a semblé dessiner les contours de sa nomination au poste de Secrétaire d’État auprès du Grade des Sceaux, chargé de la Promotion des droits humains et de la bonne gouvernance.

Mamadou Saliou Sow est titulaire d’un Master en Droits des affaires obtenu à l’Université Paris 1. Il a aujourd’hui la lourde tâche de faire aboutir les mille et une promesses tenues par son mentor, notamment la construction d’un aéroport international à Kédougou, et de la route Kédougou Fongolimbi, ainsi que l’achèvement des travaux de la route Kédougou-Salémata et l’accélération des travaux de l’unité de traitement de l’eau potable et la lancinante question de l’emploi des jeunes, etc.

 

Mayacine Camara : de la statistique aux rails

Mayacine Camara avait déjà annoncé les couleurs en claquant la porte lors de la nomination du délégué de la coalition Benno Book Yaakaar (Bby) chargé du parrainage dans le département de Koungheul. Le maire de Koungheul a été jusque-là coordonnateur de la Direction de la planification et des politiques économiques au ministère de l’Économie, des finances et du plan. Enseignant-Chercheur à la Faculté des sciences économiques et gestion (Faseg) à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Mayacine Camara a été nommé Secrétaire d’État auprès du ministre des Infrastructures chargé du réseau ferroviaire.

Doctorant, il est aussi statisticien économiste, spécialisé dans la politique économique et sociale. Sorti de l’école des statisticiens économistes depuis 1994, il s’est familiarisé avec la gestion de la politique macroéconomique du Sénégal. En 2012, avec le départ Thierno Niane, nommé à la direction de la Caisse de Dépôt et de Consignation (Cdc), Mayacine a occupé la coordination de l’unité. Lors du conseil des ministres ce mercredi 8 octobre 2014, il est nommé Coordonnateur de la Direction générale de la Planification et des Politiques économiques.

Moïse Sarr : Un diplômé des relations internationales pour s’occuper des Sénégalais de l’extérieur

Entre les deux, la complicité dépasse les contingences. La relation est fraternelle, fusionnelle. «C’est son jeune frère. Un de ses hommes de confiance», soufflait-on à Paris, un soir de décembre 2015. Le président de la République venait de débarquer à Orly Sud et parmi la foule qui l’accueille, un jeune se singularise par son engagement et sa diplomatie. Beaucoup de tact dans les actes. Lui, c’est Moïse Diar Diégane Sarr, chargé de la communication, veille et riposte de l’Apr-France. Mais qui est vraiment ce garçon au port altier et au visage chaussé de lunettes aux montures dorées ? Quelle est la profondeur de ses relations avec le Président Sall ?

Entre les deux, tout remonte à bien longtemps. Avant que Macky Sall n’atteigne le Palais et que Moïse soit envoyé à Paris, les deux ont presque tout vécu ensemble. Macky en leader, Moïse en militant. Nommé jeune Conseiller technique à la Primature par l’ancien Premier Ministre Macky Sall, Moïse Sarr accompagnera également son boss à l’Assemblée nationale où il a occupé le poste de Chef de Division de la formation. Parallèlement, il s’inscrit à l’antenne de Dakar du Centre d’Enseignement Diplomatique et Stratégique de Paris (Ceds), avant d’être accepté pour un autre Master 2 à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) de Paris. Son diplôme en poche, il fait un Troisième cycle en Intelligence économique et stratégies compétitives à l’Université d’Angers. Après cette reprise d’études, il est recruté au Conseil Général de l’Essonne et mis à la disposition de la Direction du Développement Economique et de la Recherche (Dder), comme Chargé de mission, recherche, innovation et éco-activités.

Diplômé en management des organisations, option Ressources humaines & Qualité totale, Moïse Sarr a aussi travaillé au Sénégal comme consultant stagiaire, puis consultant junior au cabinet de consulting en management de la qualité dénommé (Iaqt). Chef du service de gestion des Étudiants sénégalais à l’étranger (Sgee) depuis le 15 avril 2013, il a été nommé hier, Secrétaire d’Etat auprès du ministre des affaires étrangères, chargé des Sénégalais de l’extérieur.

Samba Ndiobène Ka : Un ingénieur agronome aux commandes de l’Elevage

Samba Ndiobène Ka, ingénieur agronome, Directeur général de la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du Delta du Fleuve Sénégal et des Vallées du Fleuve Sénégal et de la Falémé (Saed), vient d’hériter du ministère de l’Elevage et des productions animales. Le responsable de l’Alliance pour la République (Apr) du Djolof succède à Aminata Mbengue Ndiaye qui dirige désormais le ministère de la Pêche dans le Gouvernement de Macky II. Une nomination qui, sans doute, permettra à Samba Ndiobène Ka, comme de coutume, de s’évertuer à la réussite des tâches à lui confiées et par la même occasion, participer à relever les défis de l’émergence du Sénégal. Une forte préoccupation du Président Macky Sall.

L’arrivée de Samba Ndiobène Ka à la tête du ministère de l’Elevage et des productions animales constitue non seulement une excellente nouvelle pour lui, mais aussi pour ses militants dans le département de Linguère. Avant d’arriver à la Saed en 2017, Samba Ndiobène Ka a été Directeur de la Modernisation de l’Equipement rural (Dmer). Après sa prise de service à la Saed, Samba Ndiobène Ka s’est évertué à consolider les acquis. Il a mis en place des stratégies visant à booster la production rizicole dans le Delta et la Vallée du Fleuve Sénégal.

Puisqu’il a été conscient des défis que la Saed doit relever dans le secteur de l’agriculture et plus particulièrement dans la Vallée du Fleuve Sénégal, car l’autosuffisance en riz reste et demeure une priorité pour le Sénégal. En décidant de lui confier le ministère de l’Elevage et des productions animales, le Président Macky Sall pense pouvoir miser sur le «bon cheval» qui pourra traduire en actes concrets sa politique nationale de développement de ce secteur.

Dame Diop : Un professeur de Sciences et techniques industrielles à la formation professionnelle et l’Artisanat

Il est enfin devenu ministre de la République. Après une brève descente aux enfers avec notamment son limogeage de la Direction de la société de transport «Dakar Dem Dikk» au lendemain de la dernière élection locale. Après une large défaite dans son fief, le responsable Apr de Diourbel a été lourdement sanctionné par Macky Sall qui l’avait limogé de la Direction de transport urbain.

Cependant, ce membre fondateur du parti présidentiel et militant engagé ne pouvait pas être laissé en rade longtemps. Ainsi moins d’un an après ce limogeage, Macky Sall décide de confier à Dame Diop le Fonds de financement à la formation professionnelle et technique (Fffpt). Une direction qu’il a dirigée avec brio pendant plus d’un an en annonçant la couleur dès sa prise de pouvoir. «Je n’ai pas été nommé à ce poste pour satisfaire une clientèle politique.» Les brillants résultats à la tête du Fffpt et les bons scores de l’Apr à Diourbel lors de la dernière Présidentielle lui valent sans doute cette autre nomination. Dame Diop a été bombardé, depuis hier 07 avril 2019, ministre de l’Emploi, de la formation professionnelle et de l’Artisanat.

Le désormais ancien Directeur général du Fffpt est le coordonnateur de l’Apr Diourbel. Il est un Professeur de Sciences et techniques industrielles. Dame est titulaire d’un Dess en Ingeniering et Gestion des systèmes de formation (option : Entreprise et Organisation). Homme de sérail, il est titulaire d’un Master en Politiques sectorielles et gestion des systèmes éducatifs (Psgse). Le fidèle compagnon du chef de l’État est également un expert en éducation-formation.

Mme Aminata Assome Diatta, la nouvelle colombe du sud

Le nouveau ministre du Commerce et des Pme a une maîtrise en droit des Affaires et un Diplôme d’études spécialisées «Hautes études en gestion de la politique économique» du Programme Gpe Abidjan. Depuis son entrée dans la fonction publique, Mme Assome Aminata Diatta a occupé des postes importants dans l’administration. Jusque-là Directrice du Commerce Extérieur du Sénégal, Mme Aminata Assome Diatta occupe depuis hier, le poste de ministre du Commerce et des Pme. Très rigoureuse dans le travail, Mme Aminata Assome Diatta milite dans le parti présidentiel, l’Alliance pour la république et organise à Ziguinchor sa rentrée politique dans un hôtel de la place. Généreuse dans l’effort, elle crée et lance en 2017 à Ziguinchor, son mouvement de soutien à l’action du Président Macky Sall, dénommé «Jappo ak Assome » pour le triomphe de Macky Sall dès le premier de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Au téléphone, elle a rendu grâce à Dieu et ses parents. «Je remercie le chef de l’Etat qui vient de me confier cette nouvelle fonction. Je m’efforcerais à accomplir dignement cette mission», a confié Mme Aminata Assome Diatta que ses proches surnomment la nouvelle colombe du sud. «Mme Aminata Assome Diatta porte désormais l’espoir de toute une région et de tout un pays. Nous remercions le Président Macky Sall qui vient de porter au pinacle notre présidente, Mme Aminata Assome Diatta», a laissé entendre le coordonnateur régional dudit mouvement, Mor Sarr. La remplaçante d’Alioune Sarr, à en croire toujours ses proches, entend réussir sa mission dans un esprit de collégialité pour permettre au président de la République d’atteindre ses objectifs, c’est-à-dire, un Sénégal émergent et prospère.

Abdou Karim Fofana : Un juriste à l’Urbanisme

Juriste de formation, Abdou Karim Fofana sort de l’Université Jean Moulin Lyon 3 de France et retourne au bercail avec le sésame en poche. Poussant les études plus loin, il décroche un Master en Administration et gestion des entreprises à Bem Dakar. En 2012, avec la deuxième alternance, il intègre le cabinet du ministre des Infrastructures et des transports, comme conseiller technique, où il acquiert une solide expérience de la haute administration et du pilotage des projets publics. En 2013, il rejoint l’Agence de gestion du patrimoine bâti de l’Etat (Agpbe), dès sa création, comme chargé du suivi du patrimoine et du développement des grands projets. Il deviendra ainsi, en 2015, le Directeur général de l’agence à l’âge de 34 ans. Après quelques années d’expérience à la tête de l’Agpbe, il pilote le projet des Sphères ministérielles de Diamniadio accueillant déjà plusieurs ministères.

Engagé dans ce projet cher au chef de l’Etat, Abdou Karim a réussi à relever un défi avec le déménagement définitif de plusieurs ministères à Diamniadio. Ce qui n’a jamais pu être effectué dans l’Administration sénégalaise depuis les indépendances. Parallèlement au défi de désengorger la capitale, M. Fofana veillait également à la bonne exécution des travaux sur les autres sphères ministérielles de Diamniadio. Une réussite et un engagement qui lui ont valu d’être dans la nouvelle équipe gouvernementale comme ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique.